Ligerian’s not dead…

44Breizh, c’est aussi l’actualité people ! Aujourd’hui « Naoned Match » reçoit Archibald Auxiette, le frère de Jacquot, dans les loges du festival Jacobin’s Fucking Tour 2007.Archibald lors de son concert au Puit des Fous… de la sueur et de la bonne humeur !

44Breizh : Bonjour Archibald, vous êtes considéré comme « l’oublié » de la famille Auxiette : il est vrai que malgré votre carrière majestueuse au sein du groupe de rock radical vendéen « The Magical Mystery Mojette Band » (tout le monde se souvient de votre prestation au Puit des Fous en novembre 1987), vous êtes resté un peu dans l’ombre de votre grand frère…


AA : Tout d’abord merci de me recevoir et veuillez excusez mon accent, j’ai été élevé en ligérien et je parle donc très mal français. J’avais en effet proposé à Jacquot de rejoindre mon premier groupe de rock, « The Ligerian Boys » en 1982, ce qu’il a fait immédiatement. Malheureusement, lors de notre premier concert, une absorption massive de Guicharine 41 et de Ouestox dans les loges lui a fait changer d’avis, et il a décidé de se consacrer à la politique. C’est ainsi que nos deux destins se sont séparés et qu’il est désormais connu du grand public comme homme de pouvoir.

44Breizh : Vous nous avez parlé du « ligérien », qu’est-ce que c’est ?

AA : C’est une langue inspirée des idées visionnaires de Philippe, notre père spirituel. Je ne révèle pas son nom de famille pour préserver l’intimité de ses descendants mais je vous dis juste qu’il était maréchal de l’armée française et qu’il a eu des responsabilités pendant la dernière guerre, avec une apothéose le 30 juin 1941. Enfin bref, pour en revenir au ligérien, c’est en fait un dialecte du français qui consiste à déformer ou à remplacer certains mots : prenons au hasard… Tiens, par exemple « breton » se dit « habitant du nord-ouest », « débretonnisation de la jeunesse » se dit « meilleure connaissance de votre Région ». Quand à l’expression « support publicitaire possible pour les Pays de Loire », elle peut signifier un tas de choses : « bus », « plateau repas de lycée », « prospectus », « panneau », « maillot de foot », « drapeau », « porte-clé », « vache », « château des Ducs »… tout est une question de nuances, d’où la finesse de cette langue.

44Breizh : Un petit secret sur votre frère ?

AA : Je respecte sa vie privée, je ne vous parlerai donc pas de sa collection de caleçons à l’effigie d’Olivier Guichard. Je vous laisse car ça va être à nous sur scène !

44Breizh : Avant de nous quitter, pouvez en exclusivité nous livrer le titre de quelques-unes de vos nouvelles chansons ?

AA : Oui, par exemple « Taguer les panneaux c’est pas bien », « Monarchie en Ligérie » ou encore « De Laval à La-Roche-sur-Yon, un peuple, une Nation ». Nous allons également reprendre en version punk « Négationne-moi dans les toilettes de l’Histoire » qui est, dois-je le rappeler, l’Hymne des Pays de la Loire.

44Breizh : Eh bien merci Archibald ! Et bon concert.

AA : Merci, bonne négation historique à vous aussi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :