44=Breizh condamne les dégradations racistes perpétuées à Saint-Nazaire

Dans une brève publiée dans l’édition de Saint-Nazaire du journal Presse-Océan, le collectif 44=BREIZH a découvert avec stupeur qu’une plaque commémorant l’abolition de l’esclavage y avait été dégradée par une inscription « 44=BZH ». Visiblement dans le même moment, un monument dédié aux victimes de la déportation avait été dépouillé de ses fleurs offertes par l’amicale des anciennes déportées du camp de Ravensbrück.

Nous tenons à dénoncer ces actes misérables et inacceptables qui ne sont évidemment pas liés au collectif 44=BREIZH (souvent abrévié dans la presse par « 44=BZH »). Notre collectif et ses membres ont toujours pris position et lutter contre les discriminations et l’extrême-droite, pour une Bretagne solidaire et ouverte. 44=BREIZH, le collectif comme les gens qui le soutienne n’ont rien à voir avec la ou les personnes qui insultent la mémoire des hommes et des femmes qui ont été déportées. Face à des actes et un climat racistes se répandant partout en Europe, nous devons toutes et tous lutter en Bretagne pour empêcher la puanteur brune de se répandre.

Nous demandons à la presse de publier ce communiqué afin de lever tout opprobre qui pourrait être jeté sur les personnes militant pour la réunification de la Bretagne par cet acte et cette publication.

373527_175086722547716_1077579722_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :