L’appel de Jacques Auxiette et la réponse de 44=Breizh

10/05/2014

Jacques Auxiette, président du conseil régional des Pays de la Loire a convoqué à une session régional extraordinaire le mardi 13 Mai pour « défendre l’unité des Pays de la Loire ». En préparation de cette session, celui-ci a fait circuler auprès des contacts du conseil régional un appel pour « la défense des Pays de la Loire », que voici. Appel qu’il rendra public d’ici quelques jours.

En réponse 44=Breizh, lui à adresser une lettre ouverte ci-suit, a lancer un Appel à la société civile et politique de Loire-Atlantique et appelle à un « Barbecue pour la réunification » le mardi 13 Mai entre 12h et 14h devant le palais de région à Nantes.jacques_auxiette_pays_de_la_loire_apero_44breizh

M. Jacques Auxiette, président du conseil régional des pays de la Loire.

Quelques semaines après l’adoption d’une loi qui définit et renforce le rôle des métropoles, le Premier ministre a fait le choix de lancer une ébauche de proposition sur l’organisation des régions d’abord, et des départements ensuite.

Alors que depuis de nombreuses années une grande partie de la population de Loire-Atlantique, mais aussi d’élus, d’acteurs économiques, sociaux, culturels, associatifs se mobilisent en faveur de la création d’une Bretagne réunifiée dans le cadre d’une région à 5 départements, vous avez convoqué une assemblée régionale extraordinaire la mardi 13 Mai pour défendre « l’unité des Pays de la Loire ». En préparation de cette session vous faites circuler un texte « non partisan, ouvert et positif mais ferme sur le principe de l’unité de notre région » qui sera « rendu public avant cette session extraordinaire » et dont vous enjoignez les destinataires à le signer. Avant que certains répondent à cette demande que vous émettez en tant que président du conseil régional des Pays de la Loire, nous voudrions vous répondre sur certains points.

Selon vous « il ne saurait être question d’imposer une carte depuis Paris, nos régions ne sont pas destinées à une vente à la découpe ». Mais, si les conseils régionaux et leurs territoires n’avaient pas été « imposé depuis Paris » en 1972, si les régions de l’Ouest de la France n’avaient pas été « vendues à la découpe » pour répondre à des intérêts particuliers et ainsi créer la région Pays de la Loire, croyez bien que le débat ne serait pas tel qu’il est aujourd’hui. Vous dites, avec l’organisation de cette session extraordinaire « choisir d’entrer de plain-pied dans ce débat », quel dommage de ne pas avoir remarqué que ce débat avait déjà été enclenché par la société civile depuis de nombreuses années, quelle hypocrisie alors que le gouvernement actuel reprend les propositions faites en 2009 par le comité Balladur sur le réduction du nombre de région. Face aux défis économiques, sociaux et environnementaux qui s’annoncent pour les territoires de l’Ouest de la France, préparer la restructuration inéluctable de la collectivité que vous gérez aurait sans doute été une attitude plus responsable et prévoyante. De même, vous semblez oublier que dans votre propre majorité, plusieurs conseillers régionaux et vice-présidents se sont prononcés en faveur de la Réunification de La Bretagne*. De quoi nuancer cette « unité d’action » qui caractériserait selon vous votre région.

Vous vous félicitez « des coopérations privilégiées et des enjeux communs (qui vous) lient à la Bretagne », vous présentez ces coopérations comme des succès et déclarez vouloir « poursuivre la construction » de votre région. Si les signatures de coopérations avec les régions voisines ont été des moments agréables pour vous, la réalité sur le terrain est parfois différentes. Pour exemple la récente réouverture de la ligne ferroviaire Nantes-Châteaubriant, qui avait été fermée par un de vos prédécesseurs, traduit un total manque de coopération entre les deux régions. Aucune continuité n’a en effet été prévue avec la seule autre ligne de train arrivant à Châteaubriant et dépendant du Conseil régional de Bretagne, la ligne Châteaubriant-Rennes. Ce manque de travail en commun en terme d’aménagement et de transport, qui touche directement le quotidien des populations, est pourtant récurrent et nous l’avons souvent dénoncé.* Ce rapprochement et cette coopération nécessaires entre Nantes et Rennes, entre la Loire-Atlantique et le reste de la Bretagne, plutôt que leur mise en concurrence, ne pourra évidemment se faire que dans le cadre d’une région Bretagne forte et réunifiée.

"Pour une Bretagne belle, prospère, solidaire et ouverte sur le monde, REUNIFICATION MAINTENANT", 2010

« Pour une Bretagne belle, prospère, solidaire et ouverte sur le monde, REUNIFICATION MAINTENANT », 2010

Vous dites que l’histoire des Pays de la Loire « est écrite par des acteurs qui ne revendiquent pas une identité régionale, mais des valeurs communes ». Pourtant vous n’avez eu de cesse durant vos deux mandats de construire et de revendiquer une « identité ligérienne », notamment pour la Loire-Atlantique. En témoigne votre ouvrage édité en 2006. « Les valeurs d’ouverture au monde, de solidarité, d’entrepreneuriat, d’initiative » que vous revendiquez dans le cadre de la défense de l’unité de votre région, ne vous inquiétez pas nous les avons aussi. Ces valeurs sont régulièrement associées à l’image de la Bretagne, c’est d’ailleurs autour de celles-ci que nous construisons notre revendication, comme lors de la fresque humaine de 2010 ou de la manifestation Bretagne en résistances à Nantes. Plus d’une trentaine d’entreprises importantes de Loire-Atlantique ont rejoint le réseau «Produit en Bretagne». Des centaines d’artisans ou commerçants du département se réfèrent dans leur appellation à la Bretagne, tout comme des producteurs, comme par exemple les viticulteurs regroupés dans l’association «vignerons artisans de Bretagne», ou des dizaines de grandes associations diverses de la société civile qui font le choix de la Bretagne à 5 départements (Bretagne Vivante, Dastum, Eaux et Rivières de Bretagne, …).

Vous dites vouloir « répondre aux attentes des citoyens et aux enjeux réels de développement de nos territoires », mais vous semblez oublier que le 19 avril dernier nous étions plus de 10 000 dans les rues de Nantes pour réclamer une région Bretagne à 5 départements, accompagné de plusieurs élus de Loire-Atlantique dont des parlementaires comme Ronan Dantec ou François de Rugy. Aux valeurs dont vous semblez exclure les partisans de la réunification, nous ajoutons aussi celle de démocratie, comme cela figurait sur la banderole de tête de notre dernière manifestation. Depuis des années, les sondages montrent un souhait majoritaire et régulier des habitants du département en faveur de la Réunification de la Bretagne. Contrairement à vous, nous ne souhaitons pas

"Démocratie et Réunification", 19 avril 2014, NAntes

« Démocratie et Réunification », 19 avril 2014, Nantes

confisquer des valeurs telles que la « solidarité » ou « l’ouverture au monde » à la Bretagne. Nous espérons qu’elles irrigueront aussi les actions des futures régions Val de Loire qui seront créées avec la Mayenne, le Maine-et-Loire, la Sarthe et la région Centre, ainsi que la région Vendée-Poitou-Charentes. Monsieur Auxiette, votre rôle en tant que président des Pays de la Loire est d’écouter les populations vivant sur ce territoire et les dynamiques qu’ils impulsent. Le projet d’une Bretagne à cinq départements est le seul qui mobilise la population. Il s’est construit dans l’auto-organisation des habitants de l’ensemble de la Bretagne, malgré les barrières administratives. Votre rôle, comme celui de l’ensemble des conseillers régionales est d’accompagner les collectivités dans ce remodelage régional qui s’imposent aujourd’hui autour de la réunification de la Bretagne.

Pour toutes ces raisons évoquées, parce que la réorganisation des régions de l’Ouest de la France autour d’une Bretagne réunifiée est attendue et nécessaire, nous appelons le plus grand nombre à être présent le mardi 13 Mai entre 12h et 14h pendant la session que vous organiserez. Comme vous, nous lançons un appel, non pas contre les Pays de la Loire mais pour une Bretagne belle, solidaire, prospère et ouverte sur le monde, une Bretagne à cinq départements. Tout comme vous appelez le président de la république à « faire confiance aux territoires », faites confiance aux habitantes et habitants de Loire-Atlantique !

Publicités

Conseil Régional des Jeunes PDL : nouvelle mouture, nouvelle manipulation !

06/03/2012

C’est reparti pour un tour, un nouveau Conseil Régional des Jeunes a été créé ! Il aura fallu quatre ans pour que les « Pays de Loire » retentent l’expérience de ce qui se dit être une « véritable instance de démocratie participative représentative de la jeunesse ligérienne (1) » . Il faut dire que le collectif 44=BREIZH avait largement critiqué l’ancien CRJ en 2008 dont les modalités d’intégration étaient pour le moins étranges. Voilà ce qu’ en disait une journaliste de Ouest-France à l’époque : « Les mécanismes de la composition du conseil régional jeunes sont, il est vrai, assez complexes. Afin de respecter une certaine parité entre les départements, les hommes et les femmes et les situations des jeunes apprentis, étudiants ou engagés dans la vie professionnelle, un tirage au sort est effectué parmi des volontaires selon une grille de « profils ». Des candidats sont aussi proposés par le tissu associatif et les partis politiques (2)».

Étant donné le bruit fait à l’époque autour de ces conditions de participation, les Pays de la Loire ont aujourd’hui revus le recrutement des conseillers régionaux jeunes. Désormais c’est le CRAJEP (Comité Régional des Associations de Jeunesse et d’Éducation Populaire) qui s’est chargé de tout. Cette année, l’accent a été mis sur un échantillon de jeunes plus représentatif pour éviter de retrouver « essentiellement des personnes déjà investies dans le champ politique, syndical et associatif (3)».  Peut-être aussi parce que les derniers membres du CRJ étaient un peu trop politisés et avaient voulu mettre en place une réflexion sur la pertinence de l’aéroport de Notre Dame des Landes qui n’a pas dû plaire à nos élus…

Pour éviter cette situation et pour aller à la rencontre de jeunes éloignés de la politique, le CRAJEP à constitué des forums départementaux dont les participants avaient été contactés à « travers des rencontres de proximité dans des espaces de vie (lycées, maisons de quartier, centres de jeunesses, associations sportives, culturelles, centres d’apprentis…) (3) ». Si l’objectif d’une meilleure représentativité des jeunes et d’une sensibilisation à la politique est louable, la méthode utilisée l’est moins. En effet, les réunions préparatoires n’ont pas été averties à l’ensemble des jeunes, en l’absence de communication, d’invitation aux divers événements on peut dire qu’elles ont été faites en catimini. C’est donc dans le dos de la majorité des jeunes des Pays de la Loire que ce CRJ s’est constitué. Pourtant, qu’est ce qui aurait empêché de faire un appel à participer au CRJ tant par un travail du CRAJEP auprès de jeunes représentant un public diversifié que par une communication plus globale ? On peut naturellement penser que dans ce cas de figure il aurait été craint que des individus politisés aient lancés des débats subversifs.

De toute façon, il n’y aura pas la place dans ce nouveau CRJ à quelque débat que ce soit sur des thèmes dérangeants. Voilà un des objectifs de la « nouvelle démarche » du CRJ que pose le CRAJEP : « Rattacher la démarche à un objet politique concret (ne pas donner un avis prospectif et trop général) (3) ». En clair, les jeunes ont à se prononcer sur des sujets importants mais déjà définis par le conseil régional pour « nourrir le schéma régional des jeunesses qui a été voté il y a quelques temps (4)». La marge de manœuvre et d’expression est donc limitée pour ces jeunes qui sont simplement consultés sur les projets des élus. Il ne faut pas se faire beaucoup d’illusions sur l’utilité de ce nouveau CRJ et sur l’influence que peuvent avoir les jeunes dans les politiques publiques.

Dans une vidéo publiée par le conseil régional suite à une des réunions préparatoires du CRJ, un des jeunes ayant participé aux débats disait : « J’espère qu’on sera vraiment écoutés. Apparemment, les idées que nous avions en tant que jeunes, c’est à peu près les mêmes idées que pouvaient avoir les élus  (5)». Ce à quoi rajoutait Chloé le Bail : «  Ce qu’a mis en exergue cette réunion c’est que nous sommes d’accord, sur les questions d’orientation, sur les questions de logement, sur la question de santé ou d’engagement. Et donc on a les mêmes analyses et même on a déjà anticipés les mêmes besoins de réponses sans se concerter au préalable. Je pense que c’est ça qui est intéressant et ce qui est la force de cette rencontre parce que ce qui est derrière c’est que nous on va pas être dans le faux quand on va imaginer des réponses. (5)»

Tout le monde est d’accord, tout le monde est content, le CRJ sera comme le précèdent c’est-à-dire un outil promotionnel pour valoriser et légitimer les Pays de la Loire plus qu’un véritable instrument démocratique.

(1) http://www.paysdelaloire.fr/ma-region-et-moi/ateliers-regionaux/jeunesses/
(2) Ouest-France du 07/04/08
(3) http://www.crajep-pdl.org/spip.php?article189
(4) http://www.dailymotion.com/video/xo95y5_en-pays-de-la-loire-les-jeunes-s-emparent-du-debat_news
(5) http://www.dailymotion.com/video/xig8mc_un-nouveau-conseil-regional-des-jeunes-en-construction_news


Le Conseil Général 56 vote à l’unanimité un vœu pour la Réunification

07/12/2011

Le Conseil Général 56 vient aujourd’hui de voter à l’unanimité un vœu pour la Réunification de la Bretagne. Nous notons que ce vœux est exprimé par le Conseil Général 56 au moment où certains doutent de la motivation des collectivités bretonnes à aller vers un processus d’unification territoriale de la Bretagne. François Goulard, président du CG 56, ajoute à ce vœu une demande auprès du premier ministre de réunir une « conférence entre les deux régions et les cinq départements pour élaborer un calendrier et les bases d’un travail commun permettant à terme de réunifier la Bretagne. » Sans doute une moindre chose, si l’on souhaite que ce vœu ne soit pas classé aussitôt dans la multitude des vœux sans suite.

D’emblée, le CG 56 a placé ce souhait dans l’objectif « d’atteindre une masse critique requise par la compétition internationale », plaçant ainsi le projet d’une Bretagne Réunifiée comme plus justifié que celui d’un Grand Ouest mal défini et sans assise populaire.

Le Collectif 44=Breizh sera vigilant quand aux suites de ce vœu et aux intentions de M. Goulard et des conseillers généraux du Morbihan pour mener à bien ce projet.