Martine à Nantes

21/09/2011

Martine Aubry était en visite hier à Nantes et, sur la Réunification de la Bretagne… elle n’a rien dit ! Ni dans Ouest-France, ni dans Presse-Océan, aucun journaliste n’a semble-t-il osé aborder le sujet.

Il faut aller rechercher sur le site du Télégramme pour entendre la présidentiable se positionner à ce sujet. Et la réponse est la même que Sarkozy avait faite devant le congrès des maires à Vannes l’année dernière : « c’est à la population de décider ». Encore une fois le Parti Socialiste, comme l’UMP, laisse la population bretonne devant une impasse. Car s’ils déclarent généreusement que c’est aux habitants de décider, nous sommes toujours dans l’impasse quant à la possibilité qu’un jour la population bretonne puisse s’exprimer réellement à ce sujet.

Jean-Yves Le Drian (président PS CR Bretagne) et Patrick Mareschal (ex président PS CG 44) nous ont plusieurs fois répété que la balle était « dans le camp de l’État », alors que Joel Batteux (maire PS de St-Nazaire) se disait satisfait en mai dernier de l’élection de Philippe Grosvalet (PS) à la tête du Conseil Général de Loire-Atlantique car il était sûr que l’homme « n’organiserait pas de référendum sur la question de l’unité de la Bretagne ». Quant à Jacques Auxiette (président PS CR PdL), pas de besoin de rappeler ses positions ouvertement hostile à toute idée d’une démocratie réelle en Bretagne qui puisse aboutir à l’unité territoriale.

Les propos vides de sens de Martine Aubry ne sont en fait pas étonnants, tant elle sait l’attachement des bretons dans leur ensemble à cette revendication et alors qu’elle compte Jacques Auxiette parmi ses soutiens. C’est d’ailleurs dubitatif que nous accueillons ses déclarations de Nantes sur sa volonté « d’une justice indépendante », alors même que son soutien Jacques Auxiette, a reconnu que les frais de réparation demandés par la région PdL et le parquet de Rennes dans l’affaire des 6 barbouilleurs volontaires, étaient à la mesure de l’ensemble des dégradations pro réunification que la région subit et non en lien avec les actes pour lesquels ils ont été jugés.

Face à des dirigeants PS qui disent que c’est à nous de décider, d’autres qui nous disent que c’est à l’État français, et d’autres qui nous disent que ce n’est pas la peine d’espérer, nous ne pouvons que constater l’impasse démocratique dans laquelle nous nous trouvons. Ce qui est sûr c’est que toutes positions attentistes ne nous permettra pas d’avancer sur le chemin de l’unité de la Bretagne, et que les actions de désobéissances civiles s’en trouvent forcément confortées. D’autant qu’il n’y a pas à espérer plus de la part de François Hollande en meeting ce soir à Nantes.

Le Collectif 44=BREIZH


Notre littoral reprend des couleurs bretonnes avec le barbouillage !

13/07/2011

(en français plus bas)

Gourc’hemennoù a ra ar strollad 44=BZH d’ar geodederien o deus duet koulzad touristel nevez Broioù-al-Liger. Gant doareoù ar re a stourm a-enep d’ar bruderezh ez eus bet digoret pannelloù ‘zo ha skrivet ouzh ar skritelloù a oa enno luganioù e-giz « Bienvenue en Bretagne », « Degemer Mat » hag ouzhpennet « 44=BZ H » war lod vrasañ anezho.

Ar pet koulzad-mañ warn-ugent kaset gant ar PDL a zo par pe dost ouzh hini ar bloaz tremenet, tro 1 030 000 € e goust dezhañ. E bal a zo brudañ an aodoù ha desachañ tud betek enno.
Goulenn a reomp hag-eñ e vez talvoudus ar c’houlzad kabaliñ-se e Liger-Atlantel, departamant anavezet mat gant e annezidi o aodoù. Ret eo lavaret ivez e vez divyezhek galleg/brezhoneg ul lod vat eus pannelloù tiez-kêr an aod, ha bodet int dindan banniel al label Su-Breizh, a zo efedusosc’h pa vez anv eus desachañ touristed (Pornic-Pornizh / La Turballe-An Turball).

Souten a reomp an oberennoù disujidigezh sivil heñvel ha dav e vo stankaat anezho tra ma vo lakaet harp gant Broioù-al-Liger war ur processus demokratel a-benn adunaniñ Breizh.

Pegement zo bet lakaet er c’houlzad-mañ ? Ar vitellerien-livourien o deus implijet un nebeut binviji ha boestoù-livaj (3€ bep a damm), sur ha n’eo ket marteze !

*Koulzad touristel 2010 a veze kenarc’hantaouet gant Broioù-al-Liger hag ar Poitou-Charente, ha diskouezet e oa bet en Ile-de-France, BAL ha Breizh 4 departamant.

Le collectif 44=BREIZH félicite les citoyens et citoyennes qui ont barbouillés la nouvelle campagne de pub de la Région Pays-de-la-Loire « notre littoral reprend des couleurs ». Les panneaux ont été ouverts et les affiches marquées de slogans « 44=BZH » ou pastichée de manière humoristique par des « les PdL m’ont tuer » …

Cette énième campagne des PDL est très semblable à celle de l’année dernière qui avait coûtée 1 030 000€. Réalisée en commun avec la région Poitou-Charentes, elle avait pour objectif de réévaluer l’image de la côte vendéenne après le passage de la tempête Xinthia, mais n’avait été diffusée qu’en Ile-de-France, et dans les régions Bretagne et PdL, … on se demande bien pourquoi la région Poitou-Charentes ne l’avait pas diffusée, ou que le choix de l’Aquitaine ou de la Normandie n’avait pas été fait.

Nous nous interrogeons sur l’utilité d’une telle campagne relancée cette année en Bretagne et notamment en Loire-Atlantique. Nous connaissons bien notre côte et nous rappelons que la plupart des communes du littoral ont leur panneaux d’entrée d’agglomération en bilingue francais-breton, et sont regroupées sous le label sud-Bretagne bien plus porteur en terme d’attrait touristique (Pornic-Pornizh, La Turballe-An Turball, …).

Nous soutenons et encourageons ces actions de désobéissance civile qui devront s’intensifier tant que les Pays-de-la-Loire bloqueront tout processus démocratique en vue d’une réunification de la Bretagne.

Combien cette campagne aura coûté cette année ? Ce qui est sur c’est que les déboulonneurs-barbouilleurs n’auront eu qu’a utiliser que quelques clés et bombes de peintures a 3€ pièce !