Régionales : Le collectif 44=Breizh dénonce l’absence de débat sur la réunification et appelle à voter Gilles Denigot

03/12/2015

Un grave problème de désinformation et donc de démocratie :

En région Bretagne, le collectif a comptabilisé près d’une centaine de questions ou évocations de la réunification de la Loire-Atlantique à la région Bretagne dans les médias locaux et régionaux (Télégramme, OF, France3, radios, télés et hebdos locaux). 10 liste sur les 11 présentes y défendent la réunification, à des niveaux d’engagement divers. Au moins deux listes annoncent un référendum sur la réunification comme première mesure en cas de victoire en région Bretagne, et en Loire-Atlantique, Oui la Bretagne/Breizh Evel-just et Bretagne en luttes/Breizh O Stoum.

En Loire-Atlantique, c’est à dire dans la région administrative Pays de la Loire, deux listes ont mis la réunification de la Bretagne dans leur programme, « Choisir nos régions » et EELV. Mais, la question n’est jamais posée par les journalistes. Les quotidiens Presse-Océan et Ouest-France, ont évoqué à de rares occasions le sujet mais sans en faire un sujet de campagne. Malgré la réforme territoriale récente et la création des nouvelles région, le débat n’est pas évoqué. Pire, France 3 Pays de la Loire pose la question dans son portrait des candidats « comment mieux faire connaître la région ? », comme si la remise en cause de cette région n’existait pas. D’ailleurs la question est complètement absente du « grand débat » de 1h15 organisé par France 3 PdL.

La différence de traitement de l’information par les médias régionaux, et notamment la télé publique régionale, France 3, est très problématique. Notamment quand on sait que la région Pays de la Loire a financé un plan d’aide de 900 000 euros à France 3 PdL contre la valorisation des actions du conseil régional.

Reforme_Territoriale_2014_Regions_Coherentes_Reunification_Bretagne_44_Breizh

Une carte alternative pour la réforme territoriale

Que dise les deux listes se positionnant sur l’unité de la Bretagne ?

Europe Écologie – Les Verts – Pays de la Loire, la fausse solution

La liste menée par Sophie Bringuy revendique la fusion Pays de la Loire-Bretagne, « avec une Loire-Atlantique bretonne ». Elle réclame « un renforcement immédiat des coopérations entre les deux régions : déplacements, agriculture, pêche, énergies marines, culture, littoral, … », « créons un plan de développement des langues régionales en particulier en Loire-Atlantique ». Elle propose un débat interrégional et un referendum dans les deux régions et la création d’un seul département breton à partir des cinq historiques, à l’intérieur de la région Grand Ouest. Nous les féliciterons de l’effort fait pour prendre la question territoriale en compte. Mais, à force de vouloir capter des voix tout en décidant de ne pas trancher réellement, ils en arrivent à proposer une solution sans doute pire que le découpage actuel.

Nous rappellerons d’abord que les différents sondages fait en Bretagne administrative montrent un net refus de la fusion avec les Pays de la Loire (94% ne souhaitent pas cette fusion), alors que la réunification avec la Loire-Atlantique est largement souhaitée. Cette fusion pourrait donc entraîner selon eux la création d’un seul département pour la Bretagne réunifiée. Mais cela équivaudrait à un grave déficit de moyens et de représentation pour les bretons avec un département de 4,5 millions d’habitants quand d’autres, dans la même région, en comporte seulement 300 000, comme la Mayenne. On imagine mal ces autres départements plutôt terriens et cette nouvelle région accepter de financer les politiques spécifiques du territoire breton (pêche, littoral, énergies marines, etc.). La création de ce département laisse d’autant plus dubitatif que le premier ministre à annoncer leur suppression à l’horizon 2021. Que restera-t-il de la Bretagne une fois la suppression des départements ? La situation ne serait pas viable sur le long terme. Au vue de la situation actuelle elle amènera à un certain moment la Bretagne à revendiquer les compétences et les capacités d’action d’une région, au minimum. Laissant ainsi les autres départements des Pays de la Loire dans l’expectative dès 2019, date à laquelle il ne sera plus possible pour les départements de changer de région.

Cette proposition paraît donc plus être une position visant à établir un consensus au sein de la liste EELV Pays de la Loire plutôt qu’à trouver une solution crédible à la problématique. D’autant que EELV en Bretagne administrative parle de la réunification comme une solution face au « risque d’un Grand Ouest »

blocage-pays-de-la-loire-centre-bretagne-reunification-44-BREIZH

Gilles Denigot, la cohérence et la démocratie

Gilles Denigot, candidat de la liste « Choisir nos régions – Réunifier la Bretagne », est la seule liste à proposer une réelle solution à la problématique territoriale. Son credo est simple, demander à la population de se positionner sur une proposition de redécoupage voulu tant par la région Bretagne que par la région Centre-Val de Loire. C’est à dire une position de consensus, qui contourne le blocage organisé par le conseil régional des Pays de la Loire en consultant la population. C’est une solution démocratique qui offre une véritable alternative aux habitants des autres départements des Pays de la Loire, trop souvent maintenus hors du débat territorial.

Alors que les militants du collectif se sont fortement investis dans la campagne de votation de la plateforme DIBAB, c’est avec une certaine satisfaction que nous voyons les propositions faites par celle-ci reprises par un candidat aux élections  :

_ Consultation de la population sur la réunification et la création d’une Assemblée de Bretagne fusionnant les cinq départements et la région.

Si la Bretagne doit devenir une collectivité unique, il serait malvenu de ne pas poser en même temps la question de la modification des limites régionales, alors que celles-ci ont été rebattues partout ailleurs. De plus, cette collectivité doit disposer du maximum de compétences pour mettre en place les politiques structurelles nécessaires à la Bretagne.
Enfin, la réunification permettra aux habitants des autres départements des Pays de la Loire de pouvoir se déterminer sur la composition de régions cohérentes, sans que celle-ci soit perturbée par la problématique bretonne.

Le collectif 44=Breizh appelle donc à voter en masse pour la liste menée par Gilles Denigot et Anne-Claire Quiviger (Liste « Choisir nos régions & réunifier la Bretagne« ).

Publicités

Réunification : oui à une consultation populaire

23/05/2014
Philippe Grosvalet, président du Conseil Général de Loire-Atlantique

Philippe Grosvalet,
président du Conseil Général de Loire-Atlantique

Philippe Grosvalet, président du conseil général de Loire-Atlantique a réagi à la question du redécoupage des régions en lien avec la réforme territoriale. Face à la perspective d’une fusion avec la région Centre ou Poitou-Charentes, il a déclaré « je n’accepterai pas que la Loire-Atlantique ne soit pas avec la Bretagne ». Favorable à une fusion Bretagne-Pays de la Loire, il a déclaré que si une carte imposée se faisait jour coupant la Loire-Atlantique de la Bretagne, il serait prêt à organiser une consultation populaire dans le département sur cette question. Si la fusion avec la région Poitou-Charentes apparaît surtout comme un effet d’annonce peu probable de Jacques Auxiette pour s’opposer à la réunification de la Bretagne, la question essentielle de l’unité administrative de la Bretagne ne doit pas être mise de côté.

Le collectif 44=BREIZH accueille avec une certaine satisfaction la prise de position du président du conseil général, qui ne s’était pas encore fait entendre après les différentes prises de positions des présidents des conseils régionaux sur la question. Bien que l’idée d’un Grand Ouest ne soit pas la solution privilégiée par la population, M. Grosvalet rappelle que la question du redécoupage ne peut pas éluder la place de la Loire-Atlantique vis-à-vis de la Bretagne. Nous attirons cependant l’attention des élus et de la population de Loire-Atlantique sur l’improbabilité d’une fusion de la Bretagne avec une autre Région. 90% des sondés se sont prononcés contre cette perspective et très peu d’élus se risqueraient à faire perdre à la Bretagne sa représentativité administrative. D’autant qu’une fusion ne pourrait être que dommageable au niveau électoral pour les représentants actuels des collectivités bretonnes et qu’une simple étincelle pourrait rallumer les mouvement sociaux que nous avons connu ces derniers mois en Bretagne.



Compte tenu de la position du président du Conseil Général, la fusion des Pays de la Loire avec la région Centre ne serait donc pas non plus la bienvenue. Le président du Conseil Régional du Centre, tout en acceptant une fusion avec les trois départements orientaux de la région voisine, s’est dit défavorable à une intégration de la Loire-Atlantique. Ce serait cependant, et selon nos informations, la position défendue par le gouvernement. Dans une telle collectivité, la Loire-Atlantique serait écartée à la périphérie d’une région allant de Saint-Nazaire à Bourges, et resterait malheureusement ancrée dans une région terrienne, reléguant encore une fois la dimension maritime du département.

44≠BZH_Pays_De_La_Loire_Centre_Poitou_Charentes_44BREIZH


Aussi, nous soutenons l’idée d’un référendum populaire et proposant des perspectives diverses, mais qui intégrerait honnêtement ces réalités. Les régions doivent se baser sur un assentiment populaire, nous ne nous limitons pas à des considérations culturelles mais à un exercice démocratique qui se doit d’avoir lieu dans le climat politique actuel.


La région « Pays de la Loire » dépense 300.000 € d’argent public contre la réunification !

14/05/2014

publicite_propagande_pays_de_la_loire_14_05_14_presse-ocean_bis

Le collectif 44=BREIZH vient de découvrir que la campagne de communication financée la Région Pays de la Loire et que nous dénoncions ce matin a coûté à la collectivité la bagatelle de 300.000 € !!

Sur le site du Conseil Régional "Pays de la Loire" : http://www.paysdelaloire.fr/fileadmin/user_upload/salledepresse/CP_14-05-14_REGION_lancement-campagne-media-reforme-territoriale.pdf

DOCUMENT OFFICIEL avec le tarif de la campagne de publicité mentionné sur le site du Conseil Régional « Pays de la Loire »…


Cette somme a permis à la Région de diffuser un message partial sur la réforme territoriale en ne tenant pas en compte les avis contradictoires à ceux portés par l’assemblée régionale.
Le coût extrêmement élevé de cette campagne de communication s’explique par une diffusion dans les médias nationaux. Aussi, le but de cette campagne n’est pas de sensibiliser la population mais d’agir comme un lobby sur le gouvernement.

Le Collectif 44=BREIZH dénonce cette utilisation inadmissible des fonds publics, non pas pour promouvoir le débat mais pour diffuser un message partial avec les moyens financiers et techniques d’une institution sensée représenter l’ensemble de sa population.

Les habitants de la région administrative « Pays de la Loire » ont le droit à un débat équitable où les pouvoirs publics sont force de propositions diversifiées et non de propagande.

campagne-publicite-pays-de-la-loire-vs-44-Breizh


Réaction de 44=BREIZH à la pétition des Pays de la Loire.

12/05/2014

Le conseil régional vient de diffuser aujourd’hui un appel pour « l’unité » des Pays de la Loire qui fait également office de support pour une pétition pour le maintien de la région.

Debat_Organisation_Regions_Pays_de_la_Loire_Bretagne_44_Breizh
Le collectif 44=BREIZH avait pu se procurer le mail envoyé par Jacques Auxiette aux représentants de la société civile. Nous constatons donc, qu’entre le 24 avril, date de l’envoi du texte aux différents responsables associatifs et le 12 mai, seulement 120 personnes ont signé l’appel des Pays de la Loire.

Après observation des signataires, il ressort que :
– 41 sont des conseillers régionaux,
– 5 sont membres du CESER
– et au moins 21 sont des personnes ayant des responsabilités dans des structures financées par le conseil régional des Pays de la Loire.

En somme, près de 70 signataires de cet appel sont directement liés à l’institution des Pays de la Loire. Nous remarquons aussi que seule une minorité des conseillers régionaux des PdL a signé cet appel…

La réaction à l’hypothèse d’un « éclatement » de la Région Pays de la Loire ne suscite donc pas une réaction de masse, preuve du peu d’attachement à cette Région. Les réactions sont à 70 signataires sur 120 le fait de personnes directement liées par leur mandat ou leur emploi à l’institution des Pays de la Loire.

A l’inverse, la réunification de la Bretagne a réuni 10 000 personnes à Nantes le 19 avril dernier, est crédité par les sondages depuis plusieurs années et a fait l’objet de vœux favorables de collectivités allant de la Région Bretagne à des communes de Loire-Atlantique en passant par le conseil général.

Le collectif 44=BREIZH, qui sera présent demain devant le palais de Région demande un véritable débat pour une réorganisation des Régions de l’ouest de la France et dénonce l’utilisation du site du conseil régional à des fins partisanes.

Le collectif 44=BREIZH
www.44breizh.com

carte-departements-reunification-44breizh


Jacques Auxiette : Entre «Pays de la Poire» et «Groland de l’Ouest» son coeur balance

26/01/2014
Auxiette_Pays_de_la_Loire_Salengro_GrolandQuand 2 présidents d’une administration bidon se rencontrent :
Salengro le grolandais & Auxiette le paysdelaloirien…
Jacques Auxiette (73 ans et président PS de la région Pays de la Loire), après que le président de la République ai annoncé son souhait de réduire le nombre de régions françaises, s’offusque une nouvelle fois qu’on parle de réunification de la Bretagne, parlant même d’ «erreur de rouvrir le débat».
A juste titre celui-ci rappelle que ceux et celles qui voudraient agrandir la superficie des régions au nom d’une «taille européenne» idéale, se trompent. Les régions françaises sont grandes par rapport à leurs consœurs européennes, mais manquent surtout de capacités d’actions. Pour lui, «le débat sur les contours de nos régions n’est absolument pas prioritaire, ni pour nos concitoyens, ni pour atteindre les objectifs assignés par le président de la République (…) Comme la majorité des ligériens*, je plaide pour un statu quo géographique».
A voir les différents sondages, les manifestations, les prises de position, etc… Il semble pourtant que Jacques Auxiette soit en minorité. Une multitude de sondages IFOP ou TMO montre qu’une majorité des habitants sont pour les réunification de la Bretagne. Le dernier sondage réalisé par Ouest-France sur plus de 40 000 participants volontaires montre cependant que seul 9% de la population serait pour le statu quo, 64% pour la réunification de la Bretagne et 27 % pour des grandes régions reprenant les points cardinaux (Ouest, Est, Sud, etc ..).
Cependant, après ce plaidoyer pour que rien ne change si ce n’est le pouvoir que l’Etat central voudra bien lui donner, Jacques Auxiette affirme en prenant exemple des régions allemandes et espagnoles qu’il faut plus de «coopérations», que dans le cas où les frontières des régions évoluaient, la «seule solution cohérente et démocratiquement acceptable sera la création d’une grande région Ouest, fusion des pays de la Loire et de la Bretagne».
Ces propos sont absurdes ! Les grandes régions européennes prises en exemple se sont, elles, faites en prenant des bouts de territoires façon «Groland du haut» ou «Groland de l’autre côté» ? La Catalogne serait-elle la Catalogne en s’appelant «Est», la Bavière «Sud-Ouest» ou l’Ecosse «Pays du Nord» ? Comment peut-il parler de «seule solution démocratiquement acceptable» alors que ce découpage en «super-régions» est directement issu du plus technocratique des modèles aménagements ? Que la simple évocation d’un redécoupage des régions amène l’ensemble des journalistes et de la population a prendre l’exemple de la Réunification de la Bretagne, montre que le débat porté par la société civile est celui de la Réunification. Celui qui ne veut surtout pas qu’il y est de débat démocratique, c’est bien Jacques Auxiette.
Jacques_Auxiette_Pays_de_la_loire_BretagneTout pour le baron, rien pour les bretons ?
Ceux et celles qui défendent le statu quo défendent avant tout leurs intérêts particuliers. Ceux et celles qui voudraient noyer la Bretagne dans un grand Ouest refusent d’écouter les aspirations et attentes des habitants. La seule solution c’est la réunification de la Bretagne. C’est le seul modèle régional qui permette de réduire le «mille-feuille administratif» tout en relocalisant les décisions politiques en faveur d’une vraie démocratie régionale. C’est la seule proposition qui ouvre la Bretagne sur le Monde plutôt que de la périphériser dans un espace hexagonal étriqué. Au-delà des coopérations interrégionales c’est la réunification qui permettra la mise en place de plans de transports cohérents (notamment nord-sud) dans la péninsule. C’est une région forte regroupant Nantes, Brest et Rennes dans un espace cohérent qui évitera une compétition entre les villes au profit de plus de coopérations et d’un aménagement équilibré du territoire notamment pour l’Ouest de la péninsule.
44=Breizh appelle les bretonnes et les bretons à être mobilisé pour une grande manifestation en faveur de la Réunification qui sera bientôt annoncée pour le mois d’avril. En cette période électorale c’est le plus grand nombre qui doit aussi se mobiliser pour interpeller les candidats de sa commune.

*Dans la langue française le mot «ligérien» désigne les habitants du département de La Loire ou ce qui est relatif au bassin versant de la Loire (de la source à l’estuaire). La région Pays de la Loire, puis les journalistes locaux, ont imaginé et repris ce terme pour désigner les habitants de la région administrative. Une proportion importante des habitants de Loire-Atlantique ayant encore du mal à identifier les contours de la région administrative Pays de la Loire, croient aujourd’hui qu’il désigne les habitants du département.


Première réussie pour le Forum citoyen de Bretagne

19/06/2013

Forom_Keodedel_Breizh_15_06_2013_Naoned_BrendanGG_35

44=Breizh tient a remercier les près de 150 participantes et participants au Forum Citoyen de Bretagne et notamment tous les intervenants qui se sont succédés à la tribune : Ana Gabriel, Anna Gwegen, Naig Le Gars, Yann Choucq, Jonathan Guillaume et Fañch Oger.

Forom_Keodedel_Breizh_15_06_2013_Naoned_BrendanGG_15Jonathan Guillaume (44=Breizh), Fañch Oger,
Anna Gwegen et Ana Gabriel (CUP)

La journée a tranquillement commencé par un pique-nique militant devant l’école d’architecture où la région Pays de la Loire organisait son forum régional « Pays de la Loire 2040 ». Quatre fourgons de gendarmes mobiles avaient fait le déplacement pour l’occasion…

Forom_Keodedel_Breizh_15_06_2013_Naoned_BrendanGG_8

Forom_Keodedel_Breizh_15_06_2013_Naoned_BrendanGG_1
Plusieurs centaines de milliers d’euros d’argent public auront été nécessaires à la région Pays de la Loire pour organiser ses « ateliers du futur » qui au final n’auront pas réuni plus de personnes que le Forum Citoyen de Bretagne samedi dernier. La région a beau payer des agences de communications, débourser des centaines de milliers d’euros, faire pression sur les élus pour les empêcher de participer au Forum Citoyen de Bretagne, il est clair qu’elle ne rencontre pas « l’adhésion de la population » comme le souhaiterait pourtant le vice-président de la région, Christophe Clergeau.

Forom_Keodedel_Breizh_15_06_2013_Naoned_BrendanGG_31

Naig Gars (Conseillère Régionale UDB en région administrative B4)
et Jonathan Guillaume (44=Breizh)

Forom_Keodedel_Breizh_15_06_2013_Naoned_BrendanGG_27

Yann Choucq (juriste et avocat) et Ana Gabriel (CUP)

L’objectif du Forum était une première présentation à Nantes de la Plateforme « Libérons les Energies en Bretagne ». La plateforme qui réunit une quinzaine d’organisation et en appelle d’autres à se joindre à elle a pour objectif de présenter 4 points de revendications principales.

    •    La signature de la Charte Européenne des langues régionales et un statut de co-officialité de la langue bretonne

    •    Une télévision publique régionale sur les 5 départements émettant au moins 30h/semaine en Breton

    •    La réunification de la Bretagne dans le cadre d’une collectivité unique

    •    Un parlement régional à capacité législative et réglementaire pour la Bretagne.

Forom_Keodedel_Breizh_15_06_2013_Naoned_BrendanGG_34
L’idée du forum était bien de présenter et de discuter d’une stratégie commune pour donner vie à ces 4 exigences démocratiques. Ceci est notamment apparu comme une nécessité après la présentation de la très nulle loi Lebranchu de décentralisation et les échecs des démarches institutionnelles comme l’amendement De Rugy-Le Fur, la non signature de la Charte malgré la promesse de Françoise Hollande, ou encore l’annulation du statut de co-officialité de la langue corse par le gouvernement central. Avec Naig Le Gars, conseillère régional UDB, qui a présenté la plateforme Batera et la votation citoyenne de 2010, Ana Gabriel représentante de la CUP catalane et initiatrice du référendum d’initiative populaire catalan et Yann Choucq, juriste et avocat qui nous a présenté la situation juridique internationale, l’idée d’une votation citoyenne de grande ampleur s’est imposé dans le débat comme moyen de construire l’adhésion et le rapport de force nécessaire aux points de la plateforme. Peut-être serons-nous toutes et tous appelés à devenir les assesseurs des prochains bureau de vote citoyen pour la réunification de la Bretagne !

En conclusion il a été souligné que l’Association des Régions de France se réunirait en Bretagne les 19 et 20 septembre, à Nantes, la plateforme Libérons les Energies en Bretagne ne manquera pas d’y apporter sa contribution.


Pique-nique et forum citoyen de Bretagne à Nantes le samedi 15 Juin

21/05/2013

Affiche-forum-citoyen-bretagne-nantes-44BZH

FORUM CITOYEN DE BRETAGNE

La plateforme « Libérons les énergies en Bretagne » organisera un débat démocratique et citoyen à Nantes le samedi 15 juin à partir de 15h à la Maison des Syndicats 5 place de la Gare de l’Etat.

Depuis quelques semaines plusieurs organisations de la société civile, conscientes des manques démocratiques et structurels à la prochaine réforme sur la décentralisation, se sont réunies pour proposer quatres points primordiaux au débat sur la décentralisation en Bretagne.

Elles proposeront d’en débattre avec la population à l’occasion du Forum Citoyen de Bretagne. Soucieux d’interroger les processus qui donnent sens à la démocratie, le forum proposera également au public d’échanger avec plusieurs intervenants internationaux sur divers exemples européens de « votation citoyenne », ou « référendum d’initiative populaire », ayant eu lieu ces dernières années (plateforme Batera au pays basque, référendum populaire catalan, référendum sur La Poste, …).

-15h présentation de la plateforme

-15h30 conférence et débat sur les votations citoyennes 

Pour tous renseignements sur la plateforme « libérons les énergies en Bretagne » : http://galvpondi.net

PIQUE-NIQUE MILITANT

Le forum citoyen de Bretagne sera précédé d’un pique-nique militant organisé par Bretagne Réunie et 44=Breizh, quai Mitterand, face à l’Ecole d’Architecture. En effet, depuis les débuts en Loire-Atlantique des « Ateliers du Futur 2040 » organisés par la région Pays de la Loire, ceux-ci n’ont cessé d’être contestés, notamment par des militants de la réunification de la Bretagne qui y dénoncent une « parodie de démocratie ». 44=Breizh vous propose donc un pique-nique militant sur les bords de Loire, face à l’endroit où se déroulera la « synthèse des ateliers du futur PdL 2040 ». Sur place, grillades, boisson, jeux, tombola, musique, …