Un rassemblement pacifique et démocratique pour l’unité de la Bretagne Samedi à Nantes

28/09/2017

44=BREIZH, qui avait appelé à participer à la manifestation prévue par Bretagne Réunie, appelle à maintenir le rassemblement des partisans de l’unité administrative de la Bretagne, samedi 30 septembre 15h au Miroir d’eau face au Château des ducs de Bretagne. Nous appelons évidemment à un rassemblement pacifique et familial, comme l’ont toujours été les manifestations pour la Réunification de la Bretagne.

Manifestation_27_09_14_Reunification_Bretagne_Nantes_44BREIZH_7

L’infiltration de l’extrême droite dans les dernières manifestations, l’incapacité des dirigeants de Bretagne Réunie à adopter une attitude ferme à son encontre, a amené à une situation plus que regrettable pour l’ensemble du mouvement en faveur de l’unité territoriale bretonne.

Nous nous battons pour que les habitantes et habitants de Loire-Atlantique et du reste de la Bretagne puisse choisir démocratiquement s’ils veulent vivre ou non dans une Bretagne unie. C’est une lutte hautement démocratique pour le droit de décider. En ce sens nous n’accepterons jamais que des messages de menaces envoyés sur des réseaux sociaux puissent permettre d’entraver la libre expression de milliers de personnes en faveur de l’unité.

C’est autour de cet horizon démocratique qu’est la Réunification que nous appelons à nous rassembler à Nantes, pour affirmer notre droit à décider, pour une Bretagne unie, ouverte et solidaire !

La nécessité de refonder le mouvement pour l’unité de la Bretagne est criante. Ce rassemblement sera l’occasion de nous rencontrer et de discuter sereinement de l’avenir. 44=BREIZH proposera à cette occasion une date pour l’organisation d’une Assemblée Générale du mouvement avec des objectifs clairs et ouverte aux déçu-e-s de BR, aux individu-e-s et à toutes les composantes de la société bretonne refusant les discours racistes et xénophobes.

Quelle stratégie démocratique pour la réunification ? Que retirer des expériences d’auto-organisation de votation citoyenne de DIBAB-Décidez la Bretagne et de la pétition des 100 000. Comment dépasser ses expériences au profit de la lutte pour la réunification ?

> Quels mots d’ordres devons-nous porter au-delà de la réunification ? Assemblée territoriale unique et des revendications sociales (statut territorial public sur 5 dpts, …)

> Après la démission de Bretagne Réuniequel type de structure unitaire nouvelle ? Vers une coordination ?

 

Publicités

Rassemblement le 30 Septembre à Nantes : « Pour la réunification de la Bretagne nous répondrons toujours présents ! »

27/09/2017

44=Breizh appelle à un rassemblement au Miroir d’Eau face au Château des Ducs de Bretagne à Nantes samedi 30 Septembre à 15h et refuse ainsi l’annulation de la manifestation pour l’unité de la Bretagne par l’association Bretagne Réunie au dernier moment.

Manifestation_27_09_14_Reunification_Bretagne_Nantes_44BREIZH_6

A l’heure où l’État espagnol envoie ses propres troupes militaires et policières pour empêcher des citoyens catalans de voter, où les kurdes se démènent pour proposer un nouvel horizon démocratique au cœur de la poudrière proche-orientale, l’annulation unilatérale et sans consultation de ses militant-e-s de la manifestation par Bretagne Réunie pour cause de messages violents reçus sur les réseaux sociaux… est sidérante. Toutes les composantes démocratiques, sociales, politiques, culturelles, etc… de la société bretonne refusant les discours racistes et xénophobes ont leur place et leur rôle à jouer dans la lutte pour la Réunification de la Bretagne.

Nous ne comprenons pas la défiance émise par Bretagne Réunie contre toutes celles et ceux qui pensent que la réunification n’est pas qu’une question identitaire mais bien la possibilité d’un nouvel avenir politique pour la Bretagne.

La réunification a une réalité sociale en tant que revendication. Nous ne laisserons pas la population et la société civile s’en laisser déposséder par une direction à la dérive. C’est pourquoi nous appelons à un rassemblement lors duquel nous proposerons une Assemblée Générale ouverte à toutes les composantes démocratiques, sociales, politiques, syndicales et culturelles, de la société bretonne refusant les discours racistes et xénophobes. Nous invitons le plus grand nombre à venir débattre des points suivants :

> Quelle stratégie démocratique pour la réunification ? Que retirer des expériences d’auto-organisation de votation citoyenne de DIBAB-Décidez la Bretagne et de la pétition des 100 000. Comment dépasser ses expériences au profit de la lutte pour la réunification ?

> Quels mots d’ordres devont nous porter au-delà de la réunification ? Assemblée territoriale unique et des revendication sociales (statut territorial public sur 5 dpts, …)

> Après la démission de Bretagne Réunie, quel type de structure unitaire nouvelle ? Vers une coordination ?

> Départ en manifestation ? Organisation d’actions ?

Naoned E Breizh ! Betek An Trec’h !

Manifestation_27_09_14_Reunification_Bretagne_Nantes_44BREIZH_4


Le 30 septembre à Nantes : mobilisons-nous pour la Réunification de la Bretagne !

26/09/2017

Le collectif 44=Breizh appelle à participer à la manifestation pour la réunification qui aura lieu à Nantes le samedi 30 septembre prochain. Si la réforme territoriale de 2014 a provoqué un tollé et préféré un statu quo pour l’organisation de notre territoire, qu’elle provoque à nouveau un blocage et peu de chances pour avancer vers la réunification dans l’immédiat, la mobilisation dans la rue reste un des rares moyens pour faire vivre notre revendication de façon visible.

Nous ne nous faisons pas d’illusions, le nouveau gouvernement et la nouvelle majorité parlementaire n’ont jamais pris position en faveur de l’unité administrative de la Bretagne. Nous restons persuadés que l’auto-organisation des citoyennes et citoyens est le seul moyen de parvenir à la réunification du territoire breton. L’initiative lancée par l’association Bretagne Réunie, organisatrice de la manifestation, de tenter de mettre à l’ordre du jour du Conseil Départemental de Loire-Atlantique la question de la Réunification via une pétition dite des « 100 000 » va dans le bon sens. Elle rejoint notre analyse faite depuis 2014 sur le processus référendaire et la création de la plateforme Dibab – Décidez la Bretagne ainsi que des votations citoyennes qui en ont découlés. Cependant la fenêtre de tir est très étroite et nous pensons qu’il faut que le mouvement pour la réunification s’arme d’une stratégie plus claire et à plus long terme.

Nous regrettons la dépolitisation totale de la lutte pour la Réunification de la Bretagne, imputable à l’association Bretagne Réunie qui s’est petit à petit isolée. En adoptant une position ambiguë à l’extrême droite, Bretagne Réunie a attisée la méfiance envers ses rassemblements pour bon nombre de bretons qui n’ont pas et plus envie de venir défiler aux côtés de groupuscules racistes et violents. Si l’association a su au dernier moment clarifier son discours en refusant l’extrême droite dans la manifestation, nous restons coi quand celle-ci met sur le même plan les slogans racistes et xénophobes et ceux s’exprimant « contre un système économique et politique ». La réunification et la manifestation doivent justement rester  le lieu de celles et ceux qui voient en ce changement de limite administrative la possibilité de changer de « système économique et politique » et notre quotidien.

Le collectif 44=Breizh ne fait pas partie des organisateurs de la manifestation mais nous tenons a rappeler que la réunification de la Bretagne, si elle concerne toutes celles et ceux qui y vivent, ne sera jamais un étendard pour les différents avatars de l’extrême droite.  Cette manifestation comme les précédentes doit bien s’inscrire dans la lutte pour une Bretagne solidaire, ouverte sur toutes les cultures et respectueuse de toutes les différences.

Rendez-vous le 30 septembre 2017 à 15h devant les nefs et l’éléphant à Nantes !

Le collectif 44=Breizh


44=BZH : Désobeissance civile à Châteaubriant

28/11/2011

Ce samedi 26 novembre, à Châteaubriant, une action de désobéissance civile à été organisée par les militant-e-s du collectif 44=BREIZH. Cette action a pour but de dénoncer la partition administrative de la Bretagne et la communication à outrance de la région Pays de la Loire, qui vise àimposer et légitimer une région artificielle en quête de reconnaissance auprès de ses habitants  par la création d’une identité ligérienne.

Cette action intervient dans un contexte de blocage et d’abandon de leurs engagements sur l’unité administrative de la Bretagne par les responsables des différentes collectivités :

– La commission mixte Loire-Atlantique-région Bretagne s’est brusquement et sans explication interrompue depuis les dernières élections cantonales. Ceci malgré les déclarations de Philippe Grosvalet qui disaient s’inscrire dans la continuité de l’action de M. Mareschal sur ce sujet.

– Notre collectif reste sans réponse de sa lettre envoyée à Monsieur Leboulanger, vice-président du CR Bretagne, chargé de nous auditionner dans le cadre d’un comité de suivi sur la Réunification et dont les réunions semblent s’annuler une à une.

– Nous remarquons aussi que les élus EELV de la région Pays de la Loire n’ont pas tenus les engagements qu’ils avaient pris sur la question suite aux dernières élections régionales.

– Malgré les sollicitations Jean-Yves Le Drian, président du CR Bretagne ne souhaite toujours pas démentir les propos qui lui ont été attribué disant qu’il n’était «pas favorable à la réunification»
( https://44breizh.com/2011/11/09/le-drian-ne-serait-pas-favorable-a-la-reunification-44breizh-demande-des-explications/ )

– Les récentes déclarations de responsable politiques de de Bretagne sur la «création d’une collectivité unique bretonne» à propos de l’exemple alsacien, à commencer par ceux de jean-Yves le Drian sur «un nouvel acte de la démocratie territoriale» lors d’un congrès de l’association des régions de France le 18 novembre, n’abordent pas le point de la réunification de la Bretagne nécessaire et préalable à l’évolution institutionnel du territoire breton.

 Cette action intervient aussi dans un contexte de répression des militants de la réunification. La région Pays de la Loire exige en effet près de 20 000 euros de dommage à six jeunes militants ayant barbouillés des panneaux en plastique de la région PdL.

 Par cette action nous ne nous positionnons en aucun cas sur les investissements routiers ou urbains de la région. Nous dénonçons un véritable blocage démocratique, notamment celui de la région PdL, et l’inertie des responsables politiques. Nous affirmons notre soutien avec les barbouilleurs mis en examens et affirmons que ce type d’action n’est pas qu’ne simple «dégradation de biens publics», mais bien une réponse symbolique et non violente à une impasse institutionnelle dont certains élus, par manque de courage ou opposition, empêchent toute solution démocratique.

 


Martine à Nantes

21/09/2011

Martine Aubry était en visite hier à Nantes et, sur la Réunification de la Bretagne… elle n’a rien dit ! Ni dans Ouest-France, ni dans Presse-Océan, aucun journaliste n’a semble-t-il osé aborder le sujet.

Il faut aller rechercher sur le site du Télégramme pour entendre la présidentiable se positionner à ce sujet. Et la réponse est la même que Sarkozy avait faite devant le congrès des maires à Vannes l’année dernière : « c’est à la population de décider ». Encore une fois le Parti Socialiste, comme l’UMP, laisse la population bretonne devant une impasse. Car s’ils déclarent généreusement que c’est aux habitants de décider, nous sommes toujours dans l’impasse quant à la possibilité qu’un jour la population bretonne puisse s’exprimer réellement à ce sujet.

Jean-Yves Le Drian (président PS CR Bretagne) et Patrick Mareschal (ex président PS CG 44) nous ont plusieurs fois répété que la balle était « dans le camp de l’État », alors que Joel Batteux (maire PS de St-Nazaire) se disait satisfait en mai dernier de l’élection de Philippe Grosvalet (PS) à la tête du Conseil Général de Loire-Atlantique car il était sûr que l’homme « n’organiserait pas de référendum sur la question de l’unité de la Bretagne ». Quant à Jacques Auxiette (président PS CR PdL), pas de besoin de rappeler ses positions ouvertement hostile à toute idée d’une démocratie réelle en Bretagne qui puisse aboutir à l’unité territoriale.

Les propos vides de sens de Martine Aubry ne sont en fait pas étonnants, tant elle sait l’attachement des bretons dans leur ensemble à cette revendication et alors qu’elle compte Jacques Auxiette parmi ses soutiens. C’est d’ailleurs dubitatif que nous accueillons ses déclarations de Nantes sur sa volonté « d’une justice indépendante », alors même que son soutien Jacques Auxiette, a reconnu que les frais de réparation demandés par la région PdL et le parquet de Rennes dans l’affaire des 6 barbouilleurs volontaires, étaient à la mesure de l’ensemble des dégradations pro réunification que la région subit et non en lien avec les actes pour lesquels ils ont été jugés.

Face à des dirigeants PS qui disent que c’est à nous de décider, d’autres qui nous disent que c’est à l’État français, et d’autres qui nous disent que ce n’est pas la peine d’espérer, nous ne pouvons que constater l’impasse démocratique dans laquelle nous nous trouvons. Ce qui est sûr c’est que toutes positions attentistes ne nous permettra pas d’avancer sur le chemin de l’unité de la Bretagne, et que les actions de désobéissances civiles s’en trouvent forcément confortées. D’autant qu’il n’y a pas à espérer plus de la part de François Hollande en meeting ce soir à Nantes.

Le Collectif 44=BREIZH


José Bové soutient le collectif 44=BREIZH !

11/07/2011

A l’occasion de sa venue en pays nantais les militants de 44=BREIZH sont allés à la rencontre de José Bové pour lui remettre l’affiche « la Bretagne sans la Loire-Atlantique c’est comme José Bové sans moustache, c’est beaucoup moins bien », réalisée il y a quelques semaines suite à la campagne de Nantes Métropole. Gilles Denigot (ancien conseiller général originaire de Saint-Nazaire) s’est joint à José Bové pour cette petite photo soutien et clin d’œil à la réunification de la Bretagne !

 

Stourmerien 44=BREIZH o deus kejet gant José Bové ar sizhun-mañ. Tro hon eus bet da reiñ dezhañ ar skritell a oa bet graet un nebeut sizhunvezhioù ‘zo war dem Naoned Métropôle hag a lare « Breizh hep Liger-Atlantel ‘zo evel José Bové hep e vourroù, n’eo ket ken plijus ». Gilles Denigot (paotr Sant-Nazer ha bet kuzulier departamant) a zo deuet war ar al luc’hskeudenn evit bezañ kengred gant adunvanidigezh Breizh !