Rassemblement devant le Conseil Général de Loire-Atlantique : Réunification maintenant !!

21/03/2012

Une soixantaine de personnes s’est rassemblée lundi soir devant les grilles du Conseil Général alors que se déroulait une session départementale. Il était réclamé des engagements clairs du Conseil Général sur la réunification de la Bretagne. Plusieurs militantes et militants de Bretagne Réunie, de Breizhistance, du Parti Breton et de l’UDB, avaient répondus à l’appel du collectif 44=Breizh.

En effet depuis l’arrivée de P. Grovaslet à la présidence, il semble que le département, pourtant dirigé par la même majorité, n’affiche plus le même « engagement des deux exécutifs en faveur de la réunification ». C’est pourtant ce que déclaraient en janvier 2009 les présidents du conseil régional de Bretagne et du conseil général, réunis en commission mixte. Après plus d’une année d’interruption sans raison, il semble que la finalité de cette commission mixte — l’unité territoriale de la Bretagne — ne se résolve plus qu’à un but conceptuel. C’est en tout cas ce que semblent suggérer Philippe Grosvalet et Jean Yves Le Drian lorsqu’ils disent par cette commission vouloir « faire vivre le concept de Bretagne historique ». Évidemment, toutes et tous les partisans de la réunification ne peuvent se satisfaire de cette position minimaliste.

Suite à ce rassemblement, 44=Breizh et Bretagne Réunie se sont vus promettre un rendez-vous avec P. Grosvalet. Chose que demandait Bretagne Réunie depuis l’élection de ce dernier à la présidence, il y a un an…

C’est bien de la mobilisation de tous et de toutes dont nous aurons besoin si nous ne voulons pas que les petits pas faits ces dernières années en faveur de l’unité administrative de la Bretagne ne se raccourcissent de plus en plus.

Publicités

(Presse-Océan) 44=BREIZH manifeste le 19 mars

15/03/2012

L’édition d’aujourd’hui (15/03/12) de Presse-Océan indique l’appel au rassemblement initié par 44=BREIZH le lundi 19 mars devant le Conseil Général de Loire-Atlantique.


Bretagne Réunie appelle avec 44=Breizh à se rassembler devant le Conseil Général Lundi 19 mars

14/03/2012

Bretagne Réunie se joint à l’appel lancé par 44=Breizh pour un rassemblement en faveur de la Réunification lundi 19 mars à Nantes devant le Conseil Général entre 17h30 et 19h30.


Rassemblement devant le Conseil Général à nantes lundi 19 mars

11/03/2012

Le collectif 44=BREIZH appelle à un rassemblement devant le conseil général de Loire-Atlantique le lundi 19 mars entre 17h30 et 19h30.

Suite à la création d’une collectivité unique en Alsace et aux déclarations qui s’en étaient suivi en Bretagne, un  premier rassemblement avait été initié à Rennes par 44=BREIZH, Les jeunes écologistes, UDB jeunes, Breizhistance le 15 décembre 2011 faire pression sur le conseil régional de Bretagne afin d’engager un véritable processus de réunification. Le 5 mars dernier la commission mixte B4-CG44 se réunissait à nouveau après plus d’une année d’interruption et suite aux pressions de 44=Breizh et d’organisation de la société civile.

Aujourd’hui et considérant :

– Les déclarations de Philippe Grosvalet opposé à un référendum sur la réunification pour la Bretagne, Loire-Atlantique + région Bretagne.

– Le bilan de la commission mixte (région B4 + CG 44), intéressant mais ne répondant pas à la nécessité d’un débat et d’une consultation populaire sur la question de la réunification.

– Les déclarations de P. Grosvalet suite à cette commission qui permet selon lui de faire “vivre le concept de Bretagne historique”, en dehors de l’objectif de cette commission qui devait être un travail commun pour “préparer” la réunification de la Bretagne, les deux collectivités rappelant conjointement et officiellement le 28 janvier 2009 à Nantes « la constance de l’engagement des deux exécutifs en faveur de la réunification de leurs territoires »
Nous considérons que le conseil général de Loire-Atlantique, disposant de la même majorité et pour ainsi dire des mêmes élus, ne respecte pas ses vœux sur la réunification en restant très flou sur la question.
Nous appelons donc à un rassemblement devant le conseil général pour réclamer une prise de position claire de cette institution et des actes concrets pour aller vers la réunification. Nous appelons à la création d’un véritable établissement public régional prenant en charge l’ensemble des domaines de compétences des différentes collectivités de Bretagne dont celles du pays nantais (jeunesse, transport, formation, ports, foncier, etc …), minimum préalable à une réelle prise en compte de la Réunification de la Bretagne et à une évolution démocratie du statut de la Bretagne.


La commission mixte Loire-Atlantique Région Bretagne remplit elle son rôle ?

11/03/2012

C’est ce qu’on peut se demander au regard des dernières déclarations qui ont suivi la dernière réunion de la commission mixte entre Loire-Atlantique et région Bretagne.

Il aura fallut une certaine pression, notamment porté par 44=Breizh, pour que cette commission (qui ne s’était pas réunie depuis plus d’un an et l’élection de Philippe Grosvalet à la tête du département) se réunisse à nouveau.

Force est de constater que très peu de chose sorte de cette dernière commission qui s’est tenue lundi dernier à Nantes. très peu d’annonces et de projet concret semblent avoir été décidé, tant le compte-rendu de cette commission multiplie les expressions du genre : « état des lieux a été fait », « un point a été fait », « Il a été décidé de poursuivre », « la volonté de … », la seule annonce concrète semple être celle d’un nouveau portail sur internet (bibliothèque numérique). Tout ces points sont sans doute intéressants malgré tout, mais largement en-dessous que de ce qu’on peut espérer de cette commission.

Surtout, les déclarations de Philippe Grosvalet tranche avec l’esprit initial de cette commission. Cette commission consistait à la base à un travail commun pour « préparer » la réunification de la Bretagne, les deux collectivités rappelant conjointement et officiellement le 28 janvier 2009 à Nantes « l’engagement des deux exécutifs en faveur de la réunification de leurs territoires ». Mais Philippe Grosvalet a profité de cette journée pour d’opposer à un référendum sur la réunification qui serait organisé en Loire-Atlantique et en région région Bretagne. La commission mixte ne faisant aucune proposition concrète sur la question démocratique. En déclarant l’objectif de cette commission « au-delà de la question des frontières administratives et politiques », Philippe Grosvalet oublie pourquoi celle-ci a été créée. Au vue des éléments apportés par cette dernière on peut se demander si elle n’est pas qu’un artifice administratif de plus pour faire croire qu’on répond à la revendication d’unité territoriale de la Bretagne.

Dans ces conditions, nous considérons que le conseil général de Loire-Atlantique, disposant de la même majorité et pour ainsi dire des mêmes élus ne respecte pas ses vœux sur la réunification.

Nous appelons donc à un rassemblement devant le conseil général pour réclamer une prise de position claire de cette institution et des actes concrets pour aller vers la réunification. Lundi 19 mars entre 17h30 et 19h30, à Nantes  3 quai Ceineray devant le Conseil Général, pendant la session départementale.


Jean-Yves Le Drian ne « serait pas favorable à la Réunification » : 44=BREIZH demande des explications.

09/11/2011
Réunification : l’ouvrier Le Drian est attendu sur le chantier…

Dans une brève parue il y a quelques jours dans le journal Presse-Océan, un élu socialiste anonyme «confessait» que J.-Y. Le Drian et J.-L. Tourenne n’étaient «en aparté» «pas très favorables à la Réunification de la Bretagne».
Si ces affirmations ne sont pas étonnantes en ce qui concerne le président du Conseil Général d’Ille-et-Vilaine (CG35), elles vont par contre en sens inverse de toutes les déclarations du président du Conseil Régional Bretagne (4 départements, CRB4), J.-Y. Le Drian. Le 26 juin 2010, sous sa présidence et sa majorité, était votée à l’unanimité une nouvelle motion en faveur de la Réunification de la Bretagne au CRB4. Il déclarait aussi au printemps 2008 être très favorable à l’unité territoriale de la Bretagne qui «se fera un jour», «lorsqu’un référendum sera organisé». «Après la délibération du Conseil régional de Bretagne, j’ai saisi le préfet de région. Le président du Conseil général de Loire-Atlantique (CG44) a fait de même. J’attends que la puissance publique se décide à organiser ce référendum».
(http://blog.breizh.bz/?286-quatre-ans-de-vie-en-rose-pour)

La commission mixte CG44-CRB4 qui s’était réunie la dernière fois le 1er mars 2011, avait dressé un bilan en demi-teinte. Elle ne s’est pas réunie à la rentrée comme il avait été convenu, et ce sans qu’il n’y ait aucune nouvelle date d’avancée. Philippe Grosvalet, président du CG44, avait pourtant assuré avec son prédécesseur P. Mareschal, au sortir de son élection, que «les relations entre CRB4 et CG44 se poursuivront, notamment au niveau culturel».
(http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/nantes/loire-atlantique-le-gwenn-ha-du-continuera-de-flotter-devant-l-hotel-du-departement-31-03-2011-1253787.php)

Le Drian (CR B4) et Auxiette (CR PDL)

Nous constatons que les engagements pris sur l’unité territoriale de la Bretagne ne sont pas respectés.
De même le comité de suivi sur la Réunification décidé en juin 2010, qui ne s’est réuni qu’un an après, en juillet, avait annoncé trois réunions pour les mois de septembre à novembre dans le but d’auditionner des constitutionnalistes et des acteurs de terrain sur la question de la Réunification. Nous constatons que ces réunions n’ont pas eu lieu. Dans ce contexte, et au vu du relâchement manifeste sur la question de la part du CRB4 et du CG44 à l’approche de l’élection présidentielle, nous demandons à Monsieur Le Drian de réagir à ces déclarations venant de son propre camp et d’avancer les propositions qu’il compte faire pour honorer ses engagements sur la fin de la partition administrative de la Bretagne.
L’État et les collectivités locales doivent enfin cesser de se renvoyer la balle !
Une solution démocratique doit être trouvée à ce problème d’ici les premières élections territoriales de 2014, sans retomber dans les fausses promesses et les rumeurs qui ont entourées le comité chargé de la réforme territoriale en 2008/2009.