Comment recevoir des autocollants 44/BRETAGNE avec drapeau breton pour vos plaques d’immatriculation ?

06/09/2015
Autocollants_plaques_bretonnes_44_bzh

Depuis mai 2009, plus de 200.000 autocollants 44/BRETAGNE ont été imprimés !

pegsun_autocollant_44_Bretagne_Breizh_Plaques_Immatriculation_BZHDe 2009 à 2014 le collectif 44=Breizh envoyait gratuitement des autocollants pour plaques d’immatriculation. Suite à une trop forte demande nous avions décidé de ne plus envoyer d’autocollants par la poste pour les raisons simples que cela coûtait beaucoup d’argent et demandait beaucoup de temps d’investissement militant.

Étant donné un nombre toujours plus important de demandes nous avons pris la décision de reprendre les envois d’autocollants pour plaques. Cependant nous ne pouvons plus nous permettre de réaliser ces envois gratuitement, car ces autocollants et l’envoi de ceux-ci ont un coût. Pour obtenir des autocollants il vous suffit maintenant d’effectuer un paiement via Paypal et d’envoyer votre adresse postale à collectif.44breizh[at]gmail.com (remplacer [at] par @) accompagnée de la référence de votre paiement Paypal.

Cliquez sur les liens ci-dessous
pour acheter directement via Paypal !

Pour acheter 4 autocollants « 44/BRETAGNE »
pour plaques d’immatriculation,

cliquez sur le bouton ci-dessous :

Acheter_4_autocollants_44_Bretagne_Breizh_Plaques

Pour acheter 8 autocollants « 44/BRETAGNE »
pour plaques d’immatriculation,

cliquez sur le bouton ci-dessous :

Acheter_8_autocollants_44_Bretagne_Breizh_Plaques 2

Pour acheter 12 autocollants « 44/BRETAGNE »
pour plaques d’immatriculation,

cliquez sur le bouton ci-dessous :

Acheter_12_autocollants_44_Bretagne_Breizh_Plaques 3

Merci de nous soutenir ! Trugarez deoc’h !

Visuel site collectif

Publicités

Pour le PS la revendication pour la réunification de la Bretagne ne s’est pas fait entendre

18/12/2014

Le collectif 44=Breizh déplore l’aveuglement et la surdité du gouvernement et du Parti Socialiste sur la nouvelle délimitation des régions venant d’être définitivement adoptée ces derniers jours.

christophe-clergeau-ps-lance-sa-candidature

Christophe Clergeau, futur candidat PS à la région Pays de la Loire ne souhaite lui non plus pas entendre la revendication en faveur de la réunification de la Bretagne

Alors que cette loi touchait directement à l’organisation de la politique et de la démocratie au niveau territorial, le gouvernement et le parlement sont passés à côté d’une occasion qui aurait permis de rapprocher les citoyens des institutions, de les en rendre acteurs.

La volonté de préserver certains intérêts particuliers et une vision technocratique de l’aménagement du territoire, entraînent aujourd’hui le maintien de trois régions faibles à l’Ouest de la France (Bretagne, Pays de la Loire, Centre). La proposition de redécoupages de ces trois régions en deux régions, Val de Loire et Bretagne, était pourtant la plus judicieuse et la plus cohérente avec les objectifs du gouvernement, diminuer le nombre de régions. Celle-ci rencontrait l’assentiment de la majorité des sondages effectués ainsi que des majorités des conseils régionaux de Bretagne et du Centre. Elle avait successivement mobilisée dans les rues de Nantes 10 000, puis 15 000 et 30 000 personnes durant l’année. Les plus importantes manifestations ayant eu lieu à l’occasion de ce projet de loi.

Le collectif 44=Breizh accueille donc avec agacement le communiqué du 17 décembre du Parti Socialiste présentant la loi comme : « Point d’équilibre entre les différentes parties, tenant compte des revendications qui se sont fait entendre ».

Au-delà de la provocation que représente cette déclaration, elle illustre de manière criante le fossé se creusant de plus en plus entre détenteurs du pouvoir et des institutions, et la population. Ces propos méprisants sont propres a entraîner le ressentiment et la colère d’une partie des citoyens engagés dans la lutte pour l’unité de la Bretagne.

Le collectif 44=Breizh appelle à dépasser ces sentiments et leurs réactions. La réunification est le projet d’une Bretagne démocratique qui se construit dans un travail collectif émancipateur. Le PS nous montre que ce n’est pas d’en haut mais à la base que ce type de projet peut émerger. Partout, dans nos associations et syndicats, dans nos entreprises et structures sportives, nous devons construire l’unité de la Bretagne par des engagements en faveur d’une organisation régionale sur les cinq départements.

C’est en ce sens que la plupart des militants du collectif se sont engagés là où ils habitent dans l’organisation de votations citoyennes construites à la base et autour de la plateforme DIBAB-Décidez la Bretagne.

Loin d’enterrer la revendication, cette loi doit ouvrir un nouveau chemin pour l’unité de la Bretagne.


Monsieur Grosvalet, réveillez-vous !

14/05/2013

Le collectif 44=BREIZH a appris par la presse la rencontre ce mardi de Pierrick Massiot et Jacques Auxiette, respectivement présidents des régions Bretagne et Pays-de-la-Loire. Accompagnés de différents élus des deux régions, de multiples thèmes auront été à l’ordre du jour : économie, agriculture, énergies marines, environnement, décentralisation, banque publique d’investissement, transports et culture. A cette occasion, le collectif souhaite interpeller les présidents de la région Bretagne et du conseil général de Loire-Atlantique, P. Massiot et P. Grosvalet.

Les coopérations inter-régionales sont sans doute nécessaires pour dépasser les cadres administratifs dans certains domaines. Nous constatons d’ailleurs que la question de la décentralisation était à l’ordre du jour. Néanmoins, il ne semble pas que les conseillers régionaux de Bretagne administrative aient évoqué dans ce cadre la réunification et la réorganisation territoriale. Pourtant ceux-ci ont voté il y a peu une contribution de la région au projet de loi sur la décentralisation défendant la réunification de la Bretagne. L’engagement de la région Bretagne administrative ne doit pas être délaissé au profit d’une « coopération » des deux régions administratives, d’autant que les « coopérations inter-régionales de proximité » ne sont pas la panacée comme le montre un rapport du CESER de Bretagne (2009).

Alors que la région Bretagne administrative et le Conseil Général de Loire-Atlantique semblent avoir abandonné toute collaboration dans la cadre de la « commission mixte », nous nous inquiétons de voir la main mise de la région Pays-de-la-Loire sur des domaines qui étaient habituellement supervisés par cette commission. En effet, Alain Gralepois, Président de la commission Culture-sport-citoyenneté-éducation populaire à la région Pays-de-la-Loire et son homologue de région Bretagne, Jean-Michel le Boulanger, se réunissent pour évoquer « culture bretonne, TV régionale, et reconnaissance de la charte des langues régionales ». Ces domaines qui concernent dans la région Pays-de-la-Loire uniquement le département de la Loire-Atlantique seront traités sans qu’aucun représentant du département ne soit présent. Nous connaissons l’engagement du conseil régional des Pays-de-la-Loire sur ces thèmes qui se limite au symbolique et pensons qu’il est légitime de s’inquiéter que le département de Loire-Atlantique que ne soit pas associé à ces réflexions. Il faut dire que la commission mixte Région Bretagne-Conseil général de Loire-Atlantique, unique cas de coopération d’un département avec une autre région en France, s’est assoupi laissant la place à la région Pays-de-la-Loire connu pour son désintérêt (voir son hostilité) sur ces questions.

Alors que la décentralisation va vers une forte métropolisation donnant la possibilité aux métropoles (dont Nantes) de récupérer une partie des compétences du département, M Grosvalet, allez vous laisser le conseil régional vous retirer aussi certaines de vos compétences qui ont contribuées à l’originalité de la Loire-Atlantique durant les dernières années ?

logo-44breizh


Rassemblement devant le Conseil Général de Loire-Atlantique : Réunification maintenant !!

21/03/2012

Une soixantaine de personnes s’est rassemblée lundi soir devant les grilles du Conseil Général alors que se déroulait une session départementale. Il était réclamé des engagements clairs du Conseil Général sur la réunification de la Bretagne. Plusieurs militantes et militants de Bretagne Réunie, de Breizhistance, du Parti Breton et de l’UDB, avaient répondus à l’appel du collectif 44=Breizh.

En effet depuis l’arrivée de P. Grovaslet à la présidence, il semble que le département, pourtant dirigé par la même majorité, n’affiche plus le même « engagement des deux exécutifs en faveur de la réunification ». C’est pourtant ce que déclaraient en janvier 2009 les présidents du conseil régional de Bretagne et du conseil général, réunis en commission mixte. Après plus d’une année d’interruption sans raison, il semble que la finalité de cette commission mixte — l’unité territoriale de la Bretagne — ne se résolve plus qu’à un but conceptuel. C’est en tout cas ce que semblent suggérer Philippe Grosvalet et Jean Yves Le Drian lorsqu’ils disent par cette commission vouloir « faire vivre le concept de Bretagne historique ». Évidemment, toutes et tous les partisans de la réunification ne peuvent se satisfaire de cette position minimaliste.

Suite à ce rassemblement, 44=Breizh et Bretagne Réunie se sont vus promettre un rendez-vous avec P. Grosvalet. Chose que demandait Bretagne Réunie depuis l’élection de ce dernier à la présidence, il y a un an…

C’est bien de la mobilisation de tous et de toutes dont nous aurons besoin si nous ne voulons pas que les petits pas faits ces dernières années en faveur de l’unité administrative de la Bretagne ne se raccourcissent de plus en plus.


(Presse-Océan) 44=BREIZH manifeste le 19 mars

15/03/2012

L’édition d’aujourd’hui (15/03/12) de Presse-Océan indique l’appel au rassemblement initié par 44=BREIZH le lundi 19 mars devant le Conseil Général de Loire-Atlantique.


Bretagne Réunie appelle avec 44=Breizh à se rassembler devant le Conseil Général Lundi 19 mars

14/03/2012

Bretagne Réunie se joint à l’appel lancé par 44=Breizh pour un rassemblement en faveur de la Réunification lundi 19 mars à Nantes devant le Conseil Général entre 17h30 et 19h30.


Retour sur le rassemblement « Démocratie en Bretagne » du 3 février à Rennes

07/02/2012

Plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées vendredi 3 février, une nouvelle fois, devant le Conseil régional de Bretagne à Rennes,  à l’initiative de 44=Breizh, et répondant à l’Appel pour la Démocratie en Bretagne. Une cinquantaine de personnes de diverses organisations (les Jeunes Écologistes 35, l’UDB Jeunes, Breizhistance, Parti Breton) s’était déjà réunie à l’occasion de la dernière séance plénière du Conseil régional du 15 décembre.
Que voulons nous ? Nous voulons un statut particulier pour la Bretagne. Un statut qui permettrait de réunifier la Bretagne. Un statut qui intégrerait un droit à l’expérimentation et des compétences législatives pour donner toute sa dimension démocratique au processus de réunifications de la Bretagne.

Notre appel :
https://44breizh.com/2011/12/15/compte-rendu-du-rassemblement-devant-le-conseil-regional-a-rennes/

Après l’amendement et le vœu anti-réunification proposé au conseil régional des Pays de Loire sur « l’autodétermination de la région PdL » et la « création d’une région Grand Ouest », nous pouvions attendre une prise de position du CRB4 pour cette séance budgétaire… Elle n’aura pas vraiment eu lieu.
Seul le groupe UDB a fait adopter deux amendements au projet de budget 2012 de la Région déposés par l’UDB.

Ces deux amendements disent :
1) au titre du travail de prospective de la Région « les études de l’INSEE commandées par la Région devront intégrer les données produites par l’ensemble des acteurs des départements limitrophes de la Région Bretagne, dont la Loire-Atlantique ».
2) au titre du futur Schéma régional des services d’intérêt public « l’étude sur l’armature urbaine bretonne qui sera réalisée par les agences d’urbanisme au premier trimestre 2012 devra intégrer les données disponibles auprès des agences d’urbanisme des agglomérations de Nantes et de St-Nazaire afin que la Région puisse disposer d’une vision complète et correcte des dynamiques démographiques et économiques à l’œuvre dans la partie sud-est de la Bretagne ».

Nous ne pouvons nous contenter de ces deux amendements dans le contexte actuel et appelons à renforcer la mobilisation autour de notre appel.

Nous encourageons le plus grand nombre à participer aux prochains rassemblements :

  • le lundi 19 mars à partir de 17h30 devant le Conseil Général à Nantes.
  • le jeudi 29 mars à partir de 17h30 devant le Conseil Régional à Rennes.

Nous appelons de même d’autres organisations à nous rejoindre et à multiplier ces rassemblements partout en Bretagne.
Continuons la mobilisation et créons les conditions d’une véritable démocratie dans une Bretagne réunifiée !