Entre 12000 et 15000 manifestants ont défilé pour la réunification à Nantes !

28/06/2014

BrOSU25IMAA6jN8dfgsdfg

 

Entre 12000 et 15000 personnes ont défilé pour la réunification de la Bretagne aujourd’hui à Nantes. Cette manifestation, organisée en trois semaines et qui s’est déroulée sous une pluie battante est un succès. Des milliers de citoyens de Loire-Atlantique et des quatre autres départements bretons ont également participé à cette occasion à une votation en faveur de l’unité administrative de la Bretagne et à l’enterrement symbolique de la réunification par François Hollande, Manuel Valls, Jacques Auxiette et Jean-Marc Ayrault.

 

A la tribune les élus, de diverses tendances politiques et de toute la Bretagne, ont dénoncé une réforme territoriale technocratique et appelé à plus de démocratie. Le conseil général de Loire-Atlantique ne peut plus nier la nécessité d’un référendum permettant aux habitants de se prononcer sur l’avenir de leur région. C’est la voie à prendre pour sortir d’un blocage institutionnel incompréhensible et pour redonner espoir dans une réforme donnant aux régions une véritable cohérence et qui seront appropriables par les citoyens.

 

Le collectif 44=Breizh demande aux parlementaires de prendre en compte la mobilisation d’aujourd’hui et toutes celles qui ont eu lieu ces derniers mois et les années précédentes. Les jours à venir, ils devront agir à l’Assemblée Nationale et au Sénat pour donner la possibilité à la population de choisir leur région. Un droit d’option pour les départements est une nécessité.

Le collectif 44=BREIZH

 

BrN-7yOIYAETqeW

BrN91kfIIAAZJ6sghfjghj

Publicités

Manifestation pour la Réunification de la Bretagne, aujourd’hui à Nantes !

28/06/2014

Affiche_A4_Manifestation_Réunification_Nantes_28_06_14_44_BREIZH

Rendez-vous à 14h devant la préfecture de Loire-Atlantique (6 quai Ceineray) pour la Réunification de la Bretagne !
Privilégiez le tram pour arriver au plus proche du point de rassemblement (arrêt de tram « 50 Otages » sur la ligne 2).

Avant (ou après !) la manifestation :
Passez au stand et/ou au bar de 44=BREIZH pour récupérer des autocollants à coller pendant la manif, acheter un t-shirt/sweat 44=BREIZH, vous renseigner sur le collectif, ect. !

À TOUT À L’HEURE DERRIÈRE LA BANDEROLE
« RÉUNIFICATION DE LA BRETAGNE :
NOUS AVONS LE DROIT DE DÉCIDER ! »

Banderole-44-BREIZH_Reunification_Bretagne

ÉVÉNEMENT DE LA MANIFESTATION :
https://www.facebook.com/events/247157455481323/

LIRE ICI LES REVENDICATIONS DU COLLECTIF 44=BREIZH,
À L’ORIGINE DE LA MANIFESTATION :
http://reunification-referendum-28juin.com/nos-revendications/

SIGNEZ LA PÉTITION !
www.nonbretagnepaysdelaloire.fr


Contacts presse pour la manifestation de ce samedi

27/06/2014

Dans le cadre de la réforme territoriale, une grande manifestation aura lieu ce samedi 28 juin à Nantes (14H devant la préfecture de Loire-Atlantique).

Le collectif 44=BREIZH met à la disposition des médias les deux numéros ci-dessous pour toute question, pour recueillir nos réactions ou connaître notre estimation de la participation  à la mobilisation et les perspectives que nous souhaitons donner à cette journée.

  • Jonathan  | 06 12 30 67 15
  • Arno  | 06 30 36 36 90
Le collectif 44=BREIZH


Le Drian, le Sénat : la nécessité d’une pression populaire pour la démocratie en Bretagne

26/06/2014

Le collectif 44=BREIZH regrette la tribune de Jean-Yves Le Drian et Stéphane Le Foll qui montre une résignation au statu-quo. Il apparaît évident que les tensions entre Région Bretagne et Pays de la Loire ont justifié une forme d’apaisement qui, au final, ne satisfera personne et entraîne de mauvaises interprétations. Une vice-présidence commune aux deux régions apparaît tout autant inutile que la proposition d’une Assemblée de Bretagne réunifiée au sein d’un Grand Ouest semble incongrue. Par ailleurs, comment comprendre une telle prise de position alors que le président de la Région Bretagne vient, aujourd’hui en session de défendre une nouvelle fois la réunification ? Quoi qu’il en soit, ce n’est ni Jean-Yves le Drian ni Pierrick Massiot qui voteront la loi mais les parlementaires.

 

Aujourd’hui la commission du Sénat en charge de la nouvelle carte régionale s’est d’ailleurs réunie. Des amendements portés par les groupes PS, EELV et UDI ont été adoptés et notamment le principe d’une fusion Pays-de-la-Loire/Centre !
Néanmoins, le texte global a été rejeté dans sa globalité (pas sur le cas d’une fusion Centre/PdL) par les sénateurs de l’UMP du PCF  et du PRG. Mardi prochain, à 15H, les sénateurs voteront donc sur la carte des régions initialement proposée par le gouvernement.  Cependant, les sénateurs, par leur vote sur la carte, viennent d’envoyer un message clair : ils soutiennent la fusion des régions Limousin et Poitou-Charentes avec l’Aquitaine plutôt qu’avec le Centre, région qu’ils verraient fusionnée avec les Pays de la Loire.

 

Le collectif 44=BREIZH soutient la fusion de la Région Pays de la Loire avec le Centre au sein d’un Val de Loire que nous appelons de nos vœux depuis longtemps. Néanmoins, comme le disait le président de la Région Centre il y a quelques semaines, une consultation des habitants de Loire-Atlantique sur leur appartenance à la Bretagne ou à cette future région Centre/PdL sera nécessaire.

 

Mardi prochain, le texte du gouvernement sera donc voté dans l’hémicycle du Sénat et des amendements pourront être adoptés à cette occasion. La manifestation de samedi adressera clairement ses revendications tant aux élus locaux qu’aux parlementaires pour qu’ils permettent la réunification de la Bretagne. C’est pourquoi il est absolument nécessaire de se mobiliser !

 

Toutes et Tous à Nantes samedi !
>>> http://reunification-referendum-28juin.com/ <<<
Une carte alternative pour la réforme territoriale

Une carte alternative pour la réforme territoriale


Mobilisation du 28/06 : quel référendum, quelles revendications ?

25/06/2014

Banderole-44-BREIZH_Reunification_Bretagne

Après une mobilisation réussie de près de 10 000 manifestants le 19 avril dernier à Nantes, au cœur du débat sur la réforme territoriale et face à une carte des régions ubuesque et décidée sans concertation, le Collectif 44=BREIZH a pris la responsabilité d’organiser une mobilisation le 28 juin à Nantes.

Une manifestation qui demande la démocratie

La première revendication de cette journée est de donner le droit à la population de Loire-Atlantique de décider de sa région d’appartenance par un référendum.

Cette opportunité avait été évoquée par Philippe Grosvalet, président du conseil général, qui s’est pas la suite dédit au vu d’un découpage inchangé. Le Collectif 44=BREIZH réclame la tenue d’un référendum car, alors que le débat sur la réforme territoriale agite l’actualité et notamment en Bretagne, la population n’est absolument pas associée.

Comment le collectif 44=BREIZH
envisage-t-il une consultation ?

  • Quelle question posée ?

La construction d’une question doit être envisagée dans le cadre d’un comité de suivi référendaire associant différentes personnes, issues du conseil départemental de Loire-Atlantique et de la société civile. Les défenseurs de différents projets d’évolution des limites régionales devront être équitablement représentés.

  • Quel type de référendum ?

Différents référendums sont possibles dans le cadre de la loi :

L’organisation d’un référendum décisionnel local par le département de Loire-Atlantique est possible. Néanmoins, sans accord des régions Bretagne et Pays de la Loire, cette dernière déposera un recours auprès de l’Etat pour annuler la décision.

L’organisation d’un référendum local est légalement possible en Loire-Atlantique. Dans le cas où la Loire-Atlantique déciderait d’en organiser un, il ne pourrait être validé par l’Etat que dans le cas où les régions Pays de la Loire et Bretagne avaliseraient le résultat. On peut donc imaginer que la question se porterait non pas sur celle de la réunification de la Bretagne uniquement, mais sur la proposition de régions fortes Bretagne, Val de Loire, Vendée-Poitou-Charentes. Les régions concernées pourraient alors poser cette même question à la population. En fonction des résultats, l’État prendra alors une décision.

Un référendum consultatif est également envisageable en Loire-Atlantique. Il n’aurait pas de valeur légale mais permettrait de connaitre l’état de l’opinion. Avec une certaine volonté politique, il permettrait de définir plus démocratiquement la décision gouvernementale de redécoupage.

– Un referendum auto-organisé. Dans plusieurs pays d’Europe, mais aussi en France, des votations citoyennes ont déjà été organisées. Sans valeurs légales, elles sont néanmoins organisées dans des conditions pouvant revêtir un caractère officiel et permettant une importante prise de conscience populaire.Dans le cas où il ne pourrait y avoir d’expression démocratique sur la question, ce type d’initiative pourrait être envisagé dans l’ensemble des communes de la Bretagne (Loire-Atlantique incluse évidemment) et portant sur le projet d’Assemblée de Bretagne fusionnant les 5 conseils généraux et le conseil régional de Bretagne.

  • Quand pourrait avoir lieu cette consultation ?

Le vote de la carte des régions doit avoir lieu fin juillet. Le calendrier dépend donc entièrement de cette échéance, de la carte, de la simplification du droit d’option pour les départements mais aussi plus largement du vote ou non du projet de loi sur la réforme territoriale.

Une manifestation pour la réunification de la Bretagne

La journée du 28 juin est aussi l’occasion pour des citoyens, des associations et des organisations politiques de défendre la création d’une Région Bretagne intégrant la Loire-Atlantique. Cette perspective reçoit le soutien des citoyens sondés, en Région Bretagne comme en Loire-Atlantique. Elle a fait l’objet de multiples mobilisations et actions depuis les années 70 et a reçu le soutien de nombreuses collectivités.

Cette mobilisation enverra donc un message
aux parlementaires pour qu’ils agissent afin de :

Modifier la carte des région proposée par le gouvernement en intégrant la création d’une Région Bretagne réunifiée sans déséquilibrer l’Ouest de la France (voir notre proposition au niveau de l’Ouest ou au niveau national) et que ce projet soit soumis au vote de la population.

La simplification du droit d’option pour permettre des mouvements de départements d’une région à l’autre une fois la carte votée et ce sans droit de véto de la région d’appartenance du département concerné. La clause imposant une participation minimum (qui n’existe pourtant pas pour les élections en général) doit également être supprimée.

L’introduction dans la loi d’un amendement (à défaut d’un chapitre spécifique) permettant la création d’une Assemblée de Bretagne fusionnant la Région et les cinq départements permettant d’améliorer la visibilité et l’efficacité de l’action publique.

Le collectif 44=BREIZH soutient également les parlementaires du Centre dans leur action pour créer une Région Val de Loire que nous envisageons sans la Loire-Atlantique et qui serait, comme le proposait François Bonneau (président du conseil régional du Centre) intégrée à la Bretagne.

Tous et toutes à Nantes samedi !

Le collectif 44=BREIZH.

Affiche_A4_Manifestation_Réunification_Nantes_28_06_14_44_BREIZH


Manifestation 44=BREIZH du 28 juin : un point sur les transports

20/06/2014

autocar_car_karr-boutin_44bzh_28_06

Manifestation du 28 juin :
un point sur les transports
La manifestation du 28 juin co-organisée par le collectif 44=BREIZH approche et la mobilisation s’organise. Un certain nombre de cars sont prévus au départ de plusieurs villes bretonnes.

Récapitulatif :

  • Brest : Départ du parking de la plage du Moulin Blanc à 9h00, possibilité de prévoir un arrêt à Daoulas.
    Tarif : 20€.
    Contact : SKED, 18 rue Duguay-Trouin, 29 000 Brest : 02-98-80-26-71.
  • Carhaix : Départ samedi 28 juin à10h00 de la place de Verdun (Place de l’église).
    Contact et réservations : Emglev Bro Karaez, emglev.bro.karaez@gmail.com, 06-32-70-12-51 / 02-98-99-80-06.
  • Lannion / Guingamp : Un départ de cars est organisé par l’UDB Tregor-Goello à Lannion avec arrêt à Guingamp.
    Tarif 20€.
    Inscriptions obligatoires / Renseignements : Gwenaël HENRY gwenael.henry@free.fr – 06-81-59-91-61.
  • Lorient : Départ samedi 28 juin à 11h00, retour à Lorient vers 20h00.
    Tarif : 12€
    Contact : Emglev Bro an Oriant 02-97-21-37-05.
  • Quimper : Un car organisé par Ti ar Vro Kemper partira de Quimper le samedi 28 juin à 12h (Prix 15 €).
    Vous pouvez réserver vos places
    – du lundi au vendredi (9-12h30 et 14-18h) au 02-98-90-70-43
    – en dehors de ces horaires au 06-28-33-40-60
    Merci de communiquer une adresse mail et un numéro de téléphone pour vous adresser les précisions de lieu et d’horaires.
  • Saint-Brieuc : Le départ aura lieu le samedi 28 juin à 10h30 au parking de la gare à Saint-Brieuc (prendre un pic-nic), arrivée vers 13h30 à Nantes, retour vers 19h30 à St Brieuc.
    Tarif : 20€ l’aller-retour (15€ si le/les bus sont remplis).
    Inscriptions à Ti ar Vro Saint-Brieuc (Telenn) au 09-54-66-92-01 ou par mail : contact@tiarvro-santbrieg.org
  • Saint Malo / Rennes : Départ à 11h00, le bus dessert Rennes à 12h00. Départ de Nantes : 18h00.
    Tarif : 17€.
    Contact : Véronique Denis 06-62-61-25-83.
  • Pontivy : Départ à 11h30 de la Plaine, retour vers 19h30.
    Tarif : entre 12 et 15€.
    Contact : Kerlenn Pondi, contact@kerlennpondi.org
  • Paimpol : Départ à 9h30 au Rond-Point de Saint-Brieuc.
    Tarif : 20€.
    Contact : Gwenaël Henry, gwenael.henry@free.fr, 06-81-59-91-61.

Tous à Nantes le 28 juin,
à 14h devant la préfecture,
pour la réunification de la Bretagne
et contre le Grand Ouest !

 

 

affiche_a4_manifestation_recc81unification_nantes_28_06_14_44_breizh


Réforme territoriale : il faut s’en remettre à la démocratie.

19/06/2014
Une carte alternative pour la réforme territoriale

Une carte alternative pour la réforme territoriale

Les mots qui reviennent le plus souvent pour caractériser le processus en cours de la réforme territoriale sont « manque de concertation » et « précipitation ». Des mots qui caractérisent autant les méthodes du gouvernement que celles des élus locaux :

Un gouvernement inconsistant :

Après les changements incessants de la carte des nouvelles régions, le conseil des ministres a décidé le report des élections régionales en décembre 2015 et une procédure d’urgence pour faire passer la loi en juillet. La mise en place d’élections en plein hiver et à la veille de période de fêtes est une première depuis 1965 ! Par ailleurs, faire passer la loi en été, montre clairement la volonté d’agir à l’écart des citoyens, occupés par leurs activités estivales.

Alors que la réforme territoriale était présentée comme une réponse à la défaite du PS aux élections municipales et européennes, ce dossier tourne au vinaigre. Non seulement une carte est créée sans aucune concertation avec les élus locaux, sans aucune étude, sans débat citoyen mais en plus le gouvernement tente de la faire passer en force !

Dans les régions, une totale confusion :

Malgré une carte très contestée, beaucoup d’élus locaux rappellent que le plus «important» dans ce dossier est une clarification des compétences et des moyens financiers nécessaires pour les mettre en œuvre. Il faut noter la différence d’appréciation des priorités entre la population qui semble bien plus intéressée par la question de sa région d’appartenance que des compétences et moyens de sa future collectivité.

Mais la question du découpage reste tout de même une problématique récurrente, puisque ni les conseils régionaux qui souhaitent des regroupements, ni ceux qui souhaitent des redécoupages n’arrivent à s’entendre. Jacques Auxiette, président du Conseil Régional des Pays de la Loire, après avoir défendu quelques temps une fusion avec la région Poitou-Charentes et laissé la porte ouverte à une fusion avec la région Centre, défend aujourd’hui une région Grand Ouest avec la Bretagne. Ceci, alors que la région Centre réclame la fusion avec les Pays de la Loire pour une grande région Val de Loire. Cette solution, qui était celle avancée par le comité Balladur en 2009, est aussi celle défendue depuis de nombreuses années par les partisans de la réunification de la Bretagne.

carte-departements-reunification-44breizh

La Loire-Atlantique, un département clé

Le président du conseil Général de Loire-Atlantique, Philippe Grosvalet, avait annoncé au mois de mai qu’il organiserait un référendum si le département ne se retrouvait pas avec la région Bretagne dans le cadre d’un nouveau découpage. Le statu quo proposé par le gouvernement lui semble aujourd’hui la moins mauvaise solution. L’idée d’une consultation des populations que Philippe Grosvalet avait voté lors de vœux et qui lui a servi de menace face à la perspective d’une fusion PDL-Centre a complètement disparu alors que des départements comme l’Oise ou la Charente, territoires où la population ne s’est jamais mobilisée sur la question territoriale, lancent une consultation de leurs habitants. Dans le département, seul le député François de Rugy s’est dit qu’il serait bon de recueillir l’avis de la population et a initié une consultation sur son site internet. Une démarche modeste mais qui témoigne d’une volonté de près de 80% des votants en faveur d’une Bretagne à 5 départements.

Face à cette situation, des élus partisans à l’origine de la réunification de la Bretagne, échafaudent des plans peu crédibles. C’est le cas de Ronan Dantec qui après avoir défendu une région Bretagne avec la Mayenne comme seule alternative possible pour la réunification, signe aujourd’hui un texte avec plusieurs élus d’EELV pour une région Grand Ouest intégrant une Assemblée de Bretagne à 5 départements. Cette proposition est une aberration qui conduirait à la création de deux collectivités au sein d’une même région. Politiquement, elle ne peut pas aboutir car elle mettrait les autres départements des Pays de la Loire à la traine d’une Bretagne réunifiée, sans aucune possibilité pour eux d’intégrer les régions voisines qui auront déjà atteint une taille maximum. En ce sens, la proposition de Ronan Dantec ouvre la porte au Grand Ouest sans aucune garantie de la création d’une Assemblée de Bretagne à cinq départements.

Quelle stratégie pour sortir de ce capharnaüm ?

Nous voyons aujourd’hui des élus locaux presque désemparés face au plan du gouvernement, proposant tel découpage ou telle solution à un moment avant de se rétracter ou changer par peur de ne pas être entendu du gouvernement. Il est aujourd’hui de leur responsabilité de proposer une solution qui permettra aux futures régions de ne pas être contestées, et cette solution c’est la démocratie.

Le pire pour la Bretagne, et notamment pour la Loire-Atlantique, serait qu’encore une fois cette réforme échoue à résoudre le problème territorial de la Bretagne. À moins d’interdire les cours de bretons dans les écoles de Loire-Atlantique, de faire enlever les Gwenn-ha-Du des mairies et du Conseil Général, d’enlever les panneaux en bretons des communes et du département, de détruire volontairement les derniers symboles visibles rattachant le département à la Bretagne, le statu quo ou une région Grand Ouest n’enterreront jamais la revendication d’une région Bretagne réunifiée, contrairement à ce qu’annonçaient certains.

D’autant que ce découpage a montré son intérêt économique et social depuis très longtemps face à l’immobilisme et aux croyances de régions qui ne seraient plus fortes qu’en étant plus grosses. La Loire-Atlantique est le seul département qui a connu une forte mobilisation populaire lors des premiers débats sur la réforme territoriale. 10 000 manifestants, pour une réforme qui n’intéresse que si peu de monde ailleurs, ne se rayent pas d’un coup de crayon.

La manifestation du 28 juin est donc cruciale dans ce contexte. Pour beaucoup de gens, voir des élus baisser si vite les bras face aux blocages politiques et administratifs, provoque une certaine colère et renforce encore et toujours leur méfiance grandissante à leur encontre et vis à vis des institutions.

C’est pour cela que nous les appelons à se remobiliser. En ce sens la volonté démocratique des élus locaux (vœux et initiatives communales, pression auprès du département) et le débat parlementaire (droit d’option pour les départements, droit référendaire dans les départements) seront essentiels et accompagneront la mobilisation populaire en Loire-Atlantique qui, nous l’espérons, sera importante le 28 juin à Nantes.

Le collectif 44=BREIZH, en tant qu’organisation représentative du combat pour l’unité de la Bretagne appelle donc le plus grand nombre à partager le plan suivant, et appelle notamment les élus et organisations représentatives à se réunir le matin du 28 juin à Nantes pour mettre cela en place.

Exigence d’un referendum en Loire-Atlantique fin 2014, pour savoir si oui ou non la population veut une Bretagne à 5 départements ou laisser les élus décider à leur place d’un Grand ouest ou du statu quo régional.

Soutien des parlementaires qui défendront le droit d’option pour les départements à choisir leur région et qui proposeront des initiatives démocratiques dans le cadre des débats à l’Assemblée et au Sénat.

Dans le cadre d’élections régionales en 2015, référendum sur les 5 départements pour un statut d’Assemblée de Bretagne réunifiée.

Dans le cadre d’une impossibilité à dépasser les clivages entre élus régionaux, nous appellerons et nous nous investirons avec toutes celles et ceux qui seront de bonne volonté dans l’organisation d’une votation citoyenne pour une Assemblée de Bretagne sur les 5 départements.

Affiche-reunification-44-Breizh-Reforme-Territorale