Loire-Atlantique : choisissons notre région ! Nous avons le droit de décider !

05/06/2014

Affiche-reunification-44-Breizh-Reforme-Territorale

Tous et toutes à Nantes le 28 juin à 14h00 !


Le collectif 44=BREIZH organise un grand rassemblement le samedi 28 juin à Nantes pour réclamer le droit des habitants de Loire-Atlantique de décider du choix de leur région.

Nous constatons que les citoyens n’ont pas le droit à la parole dans le débat sur la réforme territoriale. Depuis plusieurs semaines, les représentants de la Région Pays de la Loire et de la Ville de Nantes entreprennent un lobbying actif pour créer un Grand Ouest. Aucun d’entre eux n’exprimait clairement sa volonté de création d’une telle région dans les programmes électoraux sur lesquels ils ont été élus. A aucun moment la population n’a été associée ou consultée sur cette position. Le seul « débat » qui a été créé s’est résumé à une session extraordinaire du Conseil régional des Pays de la Loire où les personnes favorables à un découpage régional alternatif n’ont pas été invités. L’argent public et les moyens techniques et humains ont été utilisés par les élus de la région Pays de la Loire pour défendre un projet technocratique et contesté depuis maintenant 40 ans.

Le collectif 44=BREIZH considère que les habitants doivent être associés aux décisions qui seront prises sur leur avenir institutionnel sans quoi la coupure entre les élus et le peuple ne saurait que se renforcer au profit des populistes. Les élus ne doivent pas craindre l’expression démocratique du peuple et ne peuvent pas se cacher derrière des déclarations du type « les gens risquent de ne pas répondre aux questions qu’on leur pose ». Pour notre part, nous faisons confiance aux citoyens qui, si un débat démocratique et équitable leur est proposé, sauront choisir ce qui leur semble le plus pertinent. L’organisation d’un référendum local alors que le gouvernement impose une carte ubuesque serait l’occasion pour les habitants de s’exprimer et pour les élus de montrer qu’ils prennent en considération les volontés populaires. Chacun en ressortirait grandi.

Aussi, ce rassemblement organisé par le collectif 44=BREIZH a pour but de demander une consultation populaire en Loire-Atlantique qui, dans le cadre de la réforme territoriale, poserait la question de l’intégration du département de la Loire-Atlantique au sein de la Région Bretagne, en lien avec le projet d’une Assemblée regroupant région et départements. Nous serions prêts à travailler au sein d’un comité d’organisation avec des élus et des représentants de la société civile, favorables à la réunification mais aussi au Grand Ouest pour l’élaboration des questions et la tournure des réponses possibles.

Le collectif 44=BREIZH demande un référendum qui soit d’abord posé sur le département de Loire-Atlantique. En effet, ce département a fait plusieurs fois des vœux sur la réunification, sa population se montre intéressée par la réunification dans les sondages et manifeste depuis 40 ans dans ce sens au cours de mobilisations populaires. C’est aussi de la préférence de ce département, qui est le territoire central de l’évolution de l’ouest de la France, que pourront échafauder les possibilités d’évolutions pour la Bretagne mais aussi pour les autres départements des Pays de la Loire, qui doivent avoir le choix. Il nous semble aussi légitime que ce soit là où une revendication s’exprime que la consultation soit effectuée.

Le collectif 44=BREIZH organisera au cours de ce rassemblement une action médiatique et symbolique pour réclamer ce référendum. Nous prévoyons en effet de déverser devant le conseil général des cartes électorales et vous demandons d’apporter la votre pour dénoncer cette privation de démocratie dans laquelle nous nous trouvons et témoigner de notre volonté de décider de notre avenir institutionnel.


Tous et toutes à Nantes devant la préfecture (6 Quai Ceineray)
le 28 juin à 14h00 !


Réforme territoriale : le CG de Loire-Atlantique investi par les manifestants pour réclamer un référendum

03/06/2014

Reforme_Territoriale_Nantes_Rassemblement_44_Breizh_03_06_14_1

A l’appel de 44=BREIZH et Bretagne Réunie, environ un millier de personnes se sont rassemblées devant les différentes préfectures de Bretagne pour dénoncer la nouvelle carte des régions issue de la réforme territoriale.
A Brest, Rennes, Quimper, Vannes, Saint-Brieuc, Saint-Nazaire et Nantes, les manifestants ont demandé le droit de pouvoir décider des limites de leur région et de prendre en compte la revendication d’une Bretagne à cinq départements. En effet, la nouvelle carte des régions présentée par l’Élysée est la conséquence de jeux de pouvoirs au sein du PS et n’a pas laissé la place à un débat populaire et à l’émergence de véritables espaces régionaux.

A Nantes, les manifestants ont envahi la cour du Conseil Général de Loire-Atlantique aux cris de « démocratie pour la Bretagne » et « Vichy* c’est fini : démocratie » pour réclamer le droit à un référendum départemental sur le redécoupage. Cette action spontanée est le fait d’une exaspération face à l’absence d’un débat contradictoire associant les citoyens sur leur avenir institutionnel. Il n’est en effet pas acceptable que la ville de Nantes, la Région Pays de la Loire et maintenant le département prennent des décisions sur l’avenir des régions sans aucune consultation des populations. Jacques Auxiette a beau dénoncer notre action, nous, nous dénonçons l’utilisation de l’argent public et le détournement des outils techniques de sa collectivité pour créer un lobbying ne laissant pas la place à un véritable débat. Entre une occupation pacifique d’un bâtiment ou se plier à une démocratie bafouée, nous avons fait notre choix.

Jonathan Guillaume, porte-parole du collectif 44=BREIZH

Jonathan Guillaume, porte-parole du collectif 44=BREIZH


Un exercice démocratique, c’est d’ailleurs ce que proposait le président du conseil général avant de se contredire complètement. Philippe Grosvalet déclarait en effet il y a quelques jours la possibilité d’un référendum d’initiative locale si le département de Loire-Atlantique n’était pas intégré à la Bretagne, quel que soit le découpage. Aujourd’hui, le président du conseil général n’est plus dans cette dynamique malgré le maintien du découpage actuel et a déclaré que « le projet de réunification est enterré » tout en se permettant de qualifier les habitants favorables à la réunification de personnes « qui se complaisent dans des débats passéistes ». Philippe Grosvalet a également  déclaré que « Le président de la Loire-Atlantique n’a pas la capacité à organiser un référendum d’initiative locale sur un sujet qui n’est pas de sa compétence ». Il semblerait pourtant que décider à la place des citoyens de leur cadre institutionnel ne soit pas plus de sa compétence… Ce revirement tout en dénigrant les partisans de la réunification est une honte.

Après deux heures d’attente dans la cour du Conseil Général, le Collectif 44=BREIZH et Bretagne Réunie ont été reçus par deux conseillers généraux et le président du cabinet de Philippe Grosvalet. Les élus ont confirmé leur position sur le Grand Ouest. Nous avons demandé, simplement, que les habitants aient le droit de s’exprimer démocratiquement sur leur avenir institutionnel. Cette perspective a été refusée par les élus qui, rassurés de ne pas avoir été fusionnés avec le Centre ou le Poitou, ne semblent plus voir l’utilité de consulter la population. Ce n’est pas notre conception de la démocratie.

SI nous ne pouvons voter, décider de notre avenir institutionnel, si nos élus se permettent de dénigrer ceux qui souhaitent un autre avenir pour nos territoires alors nous détruirons nos cartes d’électeurs devant la presse lors de la manifestation du 28 juin à Nantes pour dénoncer cette situation.

Toutes et tous à Nantes,
le 28 juin à 14H devant la préfecture !

Démocratie pour la Bretagne !

Reforme_Territoriale_Nantes_Rassemblement_44_Breizh_03_06_14_5


La « non-réforme » territoriale : appel à mobilisation contre un scandale démocratique !

02/06/2014

 

Carte-Regions-Reforme_Territoriale_Scandale_Democratique_44_Bretagne_Breizh
Après divers rebondissement, le service communication de l’Élysée vient d’envoyer une carte aux journalistes. Rien ne change dans la région où les attentes concernant la décentralisation et la réforme territoriale étaient les plus intenses !
Durant toute la journée les infos contradictoires ont fuité, passant d’un scénario à un autre. Après l’annonce incroyable d’une fusion Pays de la Loire/Poitou-Charentes par Jacques Auxiette, c’est au final la solution de l’immobilisme pour l’ouest de la France qui a été choisie !
Reforme_Territoriale_Scandale_Democratique_44_Bretagne_Breizh-01-01
Alors que François Hollande voulait faire de cette réforme le témoignage de sa capacité d’action, il perd toute crédibilité dans un des derniers territoire qui accordait encore quelque influence électorale au PS. C’est le règne dévoilé des barons locaux où, à la cour de l’Élysée, celui qui use des plus sombres tours pour préserver son domaine se voit récompenser.
 
Quel spectacle honteux pour la démocratie. Nous réclamons la possibilité pour les citoyennes et citoyens de participer à la réforme de leur espace régional, de pouvoir décider et participer à la destinée de leur région et ses politiques publiques. Ce droit, l’État, les maires des grandes métropoles, le président de la région Pays de la Loire, nous l’ont volé aujourd’hui ! Cet immobilisme, après tant d’attentes, annoncé sans aucune consultation populaire est un véritable scandale démocratique. Les citoyens ne sont pas des pions dont on peut changer le cadre démocratique et institutionnel sans consultation.
 
Nous appelons donc d’ores et déjà à être le plus nombreux possible, notamment à Nantes, pour les rassemblements du mardi 3 Juin, où l’opinion public et les médias nous attendent !
Nous ne nous laisserons pas confisquer notre droit de nous s’exprimer sur notre cadre régional, nous ne laisserons pas les conservateurs décider à notre place, nous ne serons pas otages de cette non-réforme !

Nous appelons d’ores et déjà à rentrer dans une campagne d’agitation intense pour la réunification.

Retrouvons-nous
pour une grande mobilisation
le 28 juin 2014 à Nantes/Naoned
à 14H devant la préfecture
de Loire-Atlantique


Pour le droit à un référendum permettant aux citoyens de décider dans quelle région ils veulent vivre.
(Ce jour là nous vous invitons toutes et tous à venir avec vos cartes électorales afin de mener à bien cette action)

Par ailleurs :
Nous appelons également solennellement tous les élus locaux, de toutes les communes de Bretagne, à voter des vœux en faveur de la réunification et d’une consultation populaire sur la réforme territoriale lors des conseils pré estivaux du moi de juin.
Nous appelons le plus grand nombre à faire pression dans leur commune pour animer cette campagne de vœux
Nous appelons toutes les jeunesses de Bretagne à se faire remarquer sur la réunification lors des festivals estivaux, notamment lors du festival interceltique de Lorient, ville de Jean-Yves Le Drian.

Nous ne nous ferons pas voler notre droit de voter et de décider !


Réunification : oui à une consultation populaire

23/05/2014
Philippe Grosvalet, président du Conseil Général de Loire-Atlantique

Philippe Grosvalet,
président du Conseil Général de Loire-Atlantique

Philippe Grosvalet, président du conseil général de Loire-Atlantique a réagi à la question du redécoupage des régions en lien avec la réforme territoriale. Face à la perspective d’une fusion avec la région Centre ou Poitou-Charentes, il a déclaré « je n’accepterai pas que la Loire-Atlantique ne soit pas avec la Bretagne ». Favorable à une fusion Bretagne-Pays de la Loire, il a déclaré que si une carte imposée se faisait jour coupant la Loire-Atlantique de la Bretagne, il serait prêt à organiser une consultation populaire dans le département sur cette question. Si la fusion avec la région Poitou-Charentes apparaît surtout comme un effet d’annonce peu probable de Jacques Auxiette pour s’opposer à la réunification de la Bretagne, la question essentielle de l’unité administrative de la Bretagne ne doit pas être mise de côté.

Le collectif 44=BREIZH accueille avec une certaine satisfaction la prise de position du président du conseil général, qui ne s’était pas encore fait entendre après les différentes prises de positions des présidents des conseils régionaux sur la question. Bien que l’idée d’un Grand Ouest ne soit pas la solution privilégiée par la population, M. Grosvalet rappelle que la question du redécoupage ne peut pas éluder la place de la Loire-Atlantique vis-à-vis de la Bretagne. Nous attirons cependant l’attention des élus et de la population de Loire-Atlantique sur l’improbabilité d’une fusion de la Bretagne avec une autre Région. 90% des sondés se sont prononcés contre cette perspective et très peu d’élus se risqueraient à faire perdre à la Bretagne sa représentativité administrative. D’autant qu’une fusion ne pourrait être que dommageable au niveau électoral pour les représentants actuels des collectivités bretonnes et qu’une simple étincelle pourrait rallumer les mouvement sociaux que nous avons connu ces derniers mois en Bretagne.



Compte tenu de la position du président du Conseil Général, la fusion des Pays de la Loire avec la région Centre ne serait donc pas non plus la bienvenue. Le président du Conseil Régional du Centre, tout en acceptant une fusion avec les trois départements orientaux de la région voisine, s’est dit défavorable à une intégration de la Loire-Atlantique. Ce serait cependant, et selon nos informations, la position défendue par le gouvernement. Dans une telle collectivité, la Loire-Atlantique serait écartée à la périphérie d’une région allant de Saint-Nazaire à Bourges, et resterait malheureusement ancrée dans une région terrienne, reléguant encore une fois la dimension maritime du département.

44≠BZH_Pays_De_La_Loire_Centre_Poitou_Charentes_44BREIZH


Aussi, nous soutenons l’idée d’un référendum populaire et proposant des perspectives diverses, mais qui intégrerait honnêtement ces réalités. Les régions doivent se baser sur un assentiment populaire, nous ne nous limitons pas à des considérations culturelles mais à un exercice démocratique qui se doit d’avoir lieu dans le climat politique actuel.


La région « Pays de la Loire » dépense 300.000 € d’argent public contre la réunification !

14/05/2014

publicite_propagande_pays_de_la_loire_14_05_14_presse-ocean_bis

Le collectif 44=BREIZH vient de découvrir que la campagne de communication financée la Région Pays de la Loire et que nous dénoncions ce matin a coûté à la collectivité la bagatelle de 300.000 € !!

Sur le site du Conseil Régional "Pays de la Loire" : http://www.paysdelaloire.fr/fileadmin/user_upload/salledepresse/CP_14-05-14_REGION_lancement-campagne-media-reforme-territoriale.pdf

DOCUMENT OFFICIEL avec le tarif de la campagne de publicité mentionné sur le site du Conseil Régional « Pays de la Loire »…


Cette somme a permis à la Région de diffuser un message partial sur la réforme territoriale en ne tenant pas en compte les avis contradictoires à ceux portés par l’assemblée régionale.
Le coût extrêmement élevé de cette campagne de communication s’explique par une diffusion dans les médias nationaux. Aussi, le but de cette campagne n’est pas de sensibiliser la population mais d’agir comme un lobby sur le gouvernement.

Le Collectif 44=BREIZH dénonce cette utilisation inadmissible des fonds publics, non pas pour promouvoir le débat mais pour diffuser un message partial avec les moyens financiers et techniques d’une institution sensée représenter l’ensemble de sa population.

Les habitants de la région administrative « Pays de la Loire » ont le droit à un débat équitable où les pouvoirs publics sont force de propositions diversifiées et non de propagande.

campagne-publicite-pays-de-la-loire-vs-44-Breizh


300.000 € d’argent public dépensé par la région « Pays de la Loire » contre la réunification !

14/05/2014

Publicite_propagande_pays_de_la_loire_14_05_14_Presse-ocean_2

Le Collectif 44=BREIZH s’inquiétait hier de la place qui serait laissée à un réel débat contradictoire après l’annonce de la création de « comités de débat » par la Région dans le cadre de la réforme territoriale.

 Aujourd’hui, nous constatons qu’une large campagne de communication (propagande ?) est diffusée dans les médias locaux. Portant le titre de « Oui au mariage, non à la découpe » les affiches diffusées par le conseil régional affirment « refuser tout découpage au nom d’une logique technocratique ou d’intérêts locaux, identitaires, culturels ou économiques ».

Le Collectif 44=BREIZH ne peut pas comprendre que l’argent public et les ressources matérielles d’une administration publique — sensée représenter tous ses citoyens — puissent être utilisés de la sorte. Les habitants de la Région Pays de la Loire ont le droit d’avoir accès aux diverses options qui peuvent leur être proposés. Ils ont le droit de réclamer que l’argent qu’ils confient aux pouvoirs publics soit, notamment, utilisé au service d’un réel débat démocratique.

En agitant le chiffon rouge de « l’identitaire » les promoteurs de cette campagne de communication essayent de jouer sur les peurs. Ce n’est pas notre conception d’un débat démocratique apaisé. Oui, nous l’affirmons, une Région doit s’appuyer sur un certain sentiment d’appartenance et à partir de « logiques économiques » pour créer une collectivité forte, appropriée par ses habitants.

Le Collectif 44=BREIZH en appelle à tous les démocrates : nos territoires et nos concitoyens ne méritent-ils pas un débat apaisé ? N’est-il pas du rôle d’une collectivité que de permettre un débat sans préalables, apaisé et ouvert ?

Publicite_propagande_pays_de_la_loire_14_05_14_Presse-ocean_1


Réforme territoriale : l’illusion démocratique des Pays de Loire. Ouvrons un vrai débat !

13/05/2014

Rassemblement_Reunification_Bretagne_44_BREIZH_13_05_14_1

A l’occasion de la session du conseil régional des Pays de la Loire consacrée à la réforme territoriale, 150 personnes ont répondu à l’appel du collectif 44=BREIZH et de Bretagne Réunie qui appelaient à un rassemblement ce midi. Loin de l’estimation d’« entre 12 et 14 personnes » comme l’annonçait le journaliste de FR3 Pays de la Loire dès 10H30.

Jonathan Guillaume, porte-parole de 44=BREIZH

Jonathan Guillaume, porte-parole de 44=BREIZH

Les débats au sein de l’assemblée des Pays de la Loire ont largement mis en avant l’idée soit d’un maintien des Pays de la Loire soit d’une fusion avec la Région Bretagne. Cette dernière hypothèse a notamment reçu le soutien de Johanna Rolland, maire de Nantes, prouvant l’absence de cette rupture avec les positions de Jean-Marc Ayrault. Ce projet, qui conduirait à la disparition institutionnelle de la Bretagne et à la création d’une Région déconnectée de toute revendication populaire ouvrirait la voie à une région faible et ne pouvant travailler sur un pied d’égalité avec les métropoles.

Rassemblement_Reunification_Bretagne_44_BREIZH_13_05_14_4

Le collectif 44=BREIZH constate que la Région Pays de la Loire utilise l’argent public et les ressources d’une institution devant être celle de tous les citoyens comme un outil partisan pour défendre ce projet. L’utilisation du site du conseil régional comme support à une pétition partiale sur la question de la réforme territoriale et n’ouvrant aucun débat est proprement scandaleux. Constatons également qu’une large partie des 120 premiers signataires de la pétition des PDL sont directement liés à l’institution régionale (élus, association et structures subventionnées. Le collectif 44=BREIZH regrette vivement que les représentants de la société civile défendant un autre redécoupage que celui proposé par l’alliance PS-UMP-PCF-UDI-MEDEF-CGPEM n’aient pas été invités. La demande de rencontre avec le président Auxiette que nous avons formulé ce midi devant le conseil régional a été refusée.

Rassemblement_Reunification_Bretagne_44_BREIZH_13_05_14_5

L’annonce du président Auxiette d’un « comité du débat » et d’une campagne promouvant l’utilité de la Région pose donc clairement la question de la place qui sera laissée à un véritable débat contradictoire.

Après la manifestation du 19 avril qui a rassemblé plus de 10 000 personnes, les vœux des collectivités et les sondages d’opinions, il semble évident qu’il y a une distorsion entre le projet de réorganisation des régions des élus et celui d’une large partie de la population.

Rassemblement_Reunification_Bretagne_44_BREIZH_13_05_14_2

Le collectif 44=BREIZH demande donc la mise en place d’un véritable débat qui, s’il doit porter sur la fusion des régions Bretagne et Pays de la Loire, associe les populations des deux collectivités sur la base de plusieurs projets. Le notre est connu : c’est l’opposition au Grand Ouest et la création de quatre régions fortes dans l’ouest prenant en compte une Bretagne réunifiée.

carte-departements-reunification-44BREIZH


Réaction de 44=BREIZH à la pétition des Pays de la Loire.

12/05/2014

Le conseil régional vient de diffuser aujourd’hui un appel pour « l’unité » des Pays de la Loire qui fait également office de support pour une pétition pour le maintien de la région.

Debat_Organisation_Regions_Pays_de_la_Loire_Bretagne_44_Breizh
Le collectif 44=BREIZH avait pu se procurer le mail envoyé par Jacques Auxiette aux représentants de la société civile. Nous constatons donc, qu’entre le 24 avril, date de l’envoi du texte aux différents responsables associatifs et le 12 mai, seulement 120 personnes ont signé l’appel des Pays de la Loire.

Après observation des signataires, il ressort que :
– 41 sont des conseillers régionaux,
– 5 sont membres du CESER
– et au moins 21 sont des personnes ayant des responsabilités dans des structures financées par le conseil régional des Pays de la Loire.

En somme, près de 70 signataires de cet appel sont directement liés à l’institution des Pays de la Loire. Nous remarquons aussi que seule une minorité des conseillers régionaux des PdL a signé cet appel…

La réaction à l’hypothèse d’un « éclatement » de la Région Pays de la Loire ne suscite donc pas une réaction de masse, preuve du peu d’attachement à cette Région. Les réactions sont à 70 signataires sur 120 le fait de personnes directement liées par leur mandat ou leur emploi à l’institution des Pays de la Loire.

A l’inverse, la réunification de la Bretagne a réuni 10 000 personnes à Nantes le 19 avril dernier, est crédité par les sondages depuis plusieurs années et a fait l’objet de vœux favorables de collectivités allant de la Région Bretagne à des communes de Loire-Atlantique en passant par le conseil général.

Le collectif 44=BREIZH, qui sera présent demain devant le palais de Région demande un véritable débat pour une réorganisation des Régions de l’ouest de la France et dénonce l’utilisation du site du conseil régional à des fins partisanes.

Le collectif 44=BREIZH
www.44breizh.com

carte-departements-reunification-44breizh