Le 18 juin 2011 doit marquer une nouvelle étape pour la “Bretagne en résistance”

29/06/2011

Plus de 40 ans de lutte

Le 18 juin 2011 aura été en terme de mobilisation et d’organisation une réelle démonstration de force de la revendication pour l’unité territoriale de la Bretagne. Sur l’ensemble de la journée, manifestation et fête en plein air le soir, on peut estimer la participation de 5000 à 7000 personnes. Beaucoup plus que pour la fresque humaine «44=BZH», qui eut lieu au même endroit l’année dernière et qui était déjà un beau succès. C’était la onzième manifestation ayant lieu en Loire-Atlantique pour réclamer l’unité administrative de la Bretagne (1976, 1981, 1998, 1999, 2001, 2003, 2003, 2005, 2008, 2010, 2011). Sur la dernière décennie, la manifestation «Bretagne en résistance» est sans doute celle qui aura amené le plus de monde avec celles de 2001 et 2008. La fresque humaine de 2010, avait interpellé par son originalité (2000 personnes s’étaient retrouvées pour inscrire un 44=BZH sur le sol du hangar à Bananes, voir parmi les photos ci-dessous), celle de 2011 sera sans doute la marche (10km !) qui aura fait passer un pas au niveau de la jeunesse et de la détermination des manifestants.

L’action de barbouillage du palais de région, la solidarité et la diversité des organisations présentes devant celui-ci, faisant face aux gardes mobiles, témoignent d’une réelle frustration face à un dossier qu’aucun responsable politique semble ne vouloir réellement régler. Ceux-ci, à commencer, par le nouveau président du CG 44 (Philippe Grosvalet) doivent en prendre la mesure et se positionner pour une solution réelle de la partition de la Bretagne.

Des évolutions lentes et symboliques à dépasser

En 2001, la mobilisation avait entraîné le vote d’un vœu sur la réunification de la Bretagne par le Conseil Général de Loire-Atlantique, alors que celui-ci était encore dirigé par André Trillard. Un vœu, seulement, mais qui marque officiellement le département de Loire-Atlantique comme breton : «le Conseil Général demande au Gouvernement d’organiser le débat public et les consultations nécessaires, puis d’initier le processus législatif permettant de réunir les cinq Départements bretons (…)». Depuis celui-ci, et jusqu’à l’ouvrage «Les Pays de la Loire, une région française dans le monde d’aujourd’hui»* par Jacques Auxiette, qui affirmait une réalité historique à la région des PdL à l’aide d’une pièce de monnaie circulant de 1182 à 1186, plus aucun responsable politique ne se livre à une remise en cause de l’appartenance historique et culturelle, actuelle et ressentie, du pays nantais à la Bretagne. Ceci n’a pas toujours été le cas. Le vœu de 2001 aura été un argument très utilisé par les acteurs de la Réunification, et il est un point significatif de l’histoire de notre lutte comme jamais n’avaient pu l’être les prises de positions des années 80 qui étaient liées au processus de décentralisation.

 

Entre 2004 et 2010, l’existence au sein de la majorité du conseil régional de Bretagne de conseillers autonomistes et fédéralistes, et la présence de l’ancien président du CUAB (Comité pour l’Unité Administrative de la Bretagne) Patrick Mareschal à la tête du département de la Loire-Atlantique, auront permis la création d’un comité mixte Loire-Atlantique-Bretagne administrative. Un premier travail en commun, qui prolonge le vœu de 2001 et la résolution de 2004 du Conseil Régional de Bretagne. Cette commission qui ne s’est réunie que 6 fois en 6 ans, n’aura eu de succès que dans des domaines culturels ou patrimoniales. Bien que l’exposition sur les marches de Bretagne avec son colloque et sa demande d’inscription au patrimoine de l’UNESCO, ait pu participer un tant soit peu à la prise de conscience de l’intégrité du territoire breton, il ne s’agit d’avancée que de l’ordre de l’ultra symbolique. Par ailleurs, nous pouvons légitimement nous demander si la participation de groupes et entreprises de Loire-Atlantique, à la Breizh Touch, au marché international du disque et de l’édition musical, au festival inter-celtique ou à la Fest Yves, nécessite l’existence de la commission mixte. Ce sont malheureusement les projets qui auraient permis de créer des bases durables en vue d’une future réunification qui n’ont pas vus le jour. Les projets de réseau breton de solidarité internationale, de charte pour la gestion intégrée de la zone côtière, de mise en réseau des ports maritimes, de conférence territoriale de Bretagne, en sont autant d’exemples qui restent quasiment sans suivis. Le fait que la campagne de communication parisienne du Comité Régional de Tourisme ait exclue la Loire-Atlantique, malgré des accords sortis de la commission mixte, montre cet échec. Cette commission mixte n’a, en fait, clairement pas les moyens de ses objectifs qui étaient selon P. Mareschal de créer les synergies et les outils qui faciliteront la réunification de la Bretagne. On ne peut que constater que, pour l’instant, cette commission n’a pas réussi à mettre en place des outils pérennes dépassant des cadres ponctuels et symboliques de coopération. Élaborer de vraies politiques territoriales à l’échelle de toute la Bretagne, ne pourra se faire qu’avec une unité administrative de la Bretagne, ou du moins un outil institutionnel qui la préparera réellement. Enfin on peut se poser la question de la cohérence de cette commission qui rappelait en 2009 «la constance de son engagement en faveur de la réunification de leurs territoires», qui, si elle continue, sera présidée pour la Loire-Atlantique par Philippe Grosvalet qui se déclare comme opposant à l’avancée de ce dossier.

En 2009, la commission Balladur chargée par le chef de l’Etat français de redéfinir le cadre des collectivités territoriales, a amené un grand espoir pour une bonne part de la population sensible à la cause de l’unité territoriale. Le rapport aurait prévu de faire passer les régions métropolitaine de 22 à 15 en créant notamment une collectivité bretonne représentant l’ensemble de son territoire. C’est ce qui était annoncé en tout cas dans la presse, avant que ne court le bruit de pressions de personnages locaux haut placés, qui auraient fait retirer cette proposition au dernier moment. Surtout, la réunification aura enfin été présenté comme un problème sérieux par la presse. Tellement sérieux que, dans la crainte de voir son poste ébranlé, Jacques Auxiette en a perdu son sang froid en assimilant la réunification à une «annexion des temps modernes, voire d’une certaine forme de colonisation»**. Au final, ont peut aujourd’hui conclure que cette nouvelle «décentralisation» décidée à Paris ne permettra pas la réunification et encore moins la possibilité d’une collectivité démocratique en Bretagne. Les moyens de financement se recentralisent la capacité de la région et du département à se déterminer sur l’unité territoriale se limitant toujours au bon vouloir de la région des PdL.

Suite à la manifestation du 18 juin, la vice-présidente du Conseil régional de Bretagne a annoncé la mise en place d’un comité de suivi sur la question de l’unité administrative… Que peut-on en attendre ? D’autant qu’il semble fermer aux organisations de la société civile, qu’on ne sait si des représentants de Loire-Atlantique y siègeront…

Changer de vitesse

Si des revendications politiques concrêtes animent ces manifestations, force est de constater qu’elles ne sont pas clairement prisent en compte par les médias et les institutions. Le 18 juin ou la semaine d’avant Kawan, beaucoup de personnes semblent être passé à côté de la «plateforme pour l’unité administrative de la Bretagne» supportée par Bretagne Réunie et 44=Breizh ou de l’appel du 9 avril 20011 «Un dazont evit hor yezh» signé par Ai’ta, SLB, 44=Breizh, Breizhistance, UDB, Skeudenn Bro Roazhon, … Pourtant ces plateformes, issus de travaux collectifs et consensuels, élaborent de manières concrêtes des solutions pour avancer vers une prise en compte réelle de nos revendications. Sûr qu’une plus large diffusion et une valorisation de ces travaux (chacun joue-t-il son rôle ?) permettra d’éviter les stéréotypes douteux qui ressortent des articles de presse-océan ou ouest-france «ils sont fiers ces bretons…», «au son des binious et des cornemuses…», «derrière leurs drapeaux et chapeaux bretons», etc.
La question que nous posons est bien une question de démocratie, pas une question folklorique.

 

Les revendications du 18 juin étaient claires et concrètes :
– d’une part création d’une filière de breton à la fac de Nantes & diffusion télévisuelle et radiophonique d’émissions en langue bretonne,
– et d’autre part modification des lois L. 4122-1 et L. 72.1 & exiger la possibilité aux bretons de se déterminer sur la question.

La réponse faite par le président du Conseil Général de Loire-Atlantique, affirmant être «ni pour ni contre» la réunification et insistant sur le fait de «privilégier une nouvelle étape de la décentralisation avant la question du découpage régional» n’est clairement pas celle que nous attendons. Où sont passés les engagements du Conseil Général de Loire-Atlantique ? La question territoriale doit être réglée en même temps que celle du statut d’une nouvelle collectivité bretonne, si l’on ne veut creuser le sentiment d’injustice et l’attente existant en Loire-Atlantique.

Alors qu’une manifestation est annoncée pour mars 2012 à Quimper, pour la langue (?), que la réforme territoriale est censée rentrer en vigueur en 2014, que le président de la région Bretagne dit «être jaloux» du statut du Pays de Galle, il est sans doute temps de poser clairement et collectivement la question du statut général de la Bretagne. Un statut qui intégrera pleinement la Loire-Atlantique et permettant au peuple breton de se doter des outils institutionnels lui permettant de se déterminer librement tant sur la question territoriale que sur la question linguistique.

La Bretagne doit continuer à résister au-delà du 18 juin. Cela passe par la construction de nos propres alternatives à la centralisation de l’Etat français à la base, ici en Bretagne.

* Quelques années auparavant, Jean Ollivro et Joseph Martray sortaient deux ouvrages aux titres étrangement semblables «La Bretagne réunifiée, une véritable région européenne ouverte sur le monde», et «La Bretagne au cœur du monde nouveau». Rappelons que la sortie et la promotion de l’ouvrage de Jacques Auxiette en février 2007 avait été gêné par la toute première action du GIR :
https://44breizh.com/2007/06/05/groupe-dintervention-reunification/

** Sur France 3 & RMC :
http://www.rmc.fr/blogs/lesgrandesgueules.php?post/2009/02/27/La-commission-Balladur-veut-casser-le-pouvoir-des-elus-Jacques-Auxiete


http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=14242


« Réunion d’information « Bretagne en résistance » + concert le vendredi 20 mai à Machecoul (44)

16/05/2011

Le collectif 44=BREIZH, co-organisateur de la manifestation du 18 juin 2011 à Nantes (avec BRETAGNE RÉUNIE, KEVRE BREIZH et l’AGENCE CULTURELLE MORVAN LEBESQUE) animera une réunion de présentation ouverte à tous, citoyens comme associations du Pays de Retz et des environs.
Cette réunion se tiendra le vendredi 20 Mai 2011 à Machecoul au bar l’Amandier situé 7 place du champ de foire, à partir de 20h00.

Trois objectifs à cette réunion :

1- Faire le point sur les avancés et actualités de la réunification de la Loire-Atlantique à la Bretagne

2- Rencontrer les associations culturelles et les citoyens pour permettre de faire remonter attentes et revendications pour la manifestation du 18 juin

3- Présenter et mobiliser les acteurs du Pays de Retz pour permettre la réussite de la manifestation du 18 juin

RENDEZ-VOUS :
Vendredi 20 Mai 2011 à 20h00
Au Bar l’Amandier 7 place du champ de foire
Machecoul

Un concert d’un groupe surprise sera donné après cette réunion !

Plus de renseignements sur la manifestation :
https://44breizh.com/2011/02/19/diaporama-bretagne-en-resistances-grande-manifestation-a-nantes-le-18-juin-2011/


Manifestation «BRETAGNE EN RESISTANCE[S]» le 18 juin à Nantes : pour une Bretagne Unie et fière de sa diversité !

02/05/2011

Le collectif 44=BREIZH, co-organisateur de la Manifestation «BRETAGNE EN RESISTANCE[S]», rappelle que les organisations promouvant un discours raciste et xénophobe ne sont pas les bienvenues le 18 juin prochain à Nantes. En ces temps où l’extrême droite et ses valeurs gangrènent notre société et le débat politique, nous ne voulons pas que soit perturbé le message d’ouverture et de démocratie porté par l’ensemble des organisateurs de la manifestation, comme certains ont tenté de le faire lors de la fresque humaine du 27 février 2010 à Nantes. La très grande majorité du mouvement culturel breton et des organisations de la société civile en Bretagne défendent une Bretagne unie et fière de sa diversité. Les accusations raciales portées par le groupuscule breizatao contre Yannick Martin et son frère ces derniers mois, ont d’ailleurs montré le refus de telles opinions par l’ensemble de ceux-ci.

 Yannick Martin (sonneur du Bagad Kemper) et son frère, victimes de propos racistes.

Le hasard du calendrier fait que cette manifestation tombe le jour anniversaire de l’appel lancé en 1940 depuis Londres à la résistance anti-nazi dans l’Hexagone. Il serait plus que malvenu de conforter ceux qui feignent de voir dans les promoteurs de la démocratie en Bretagne des héritiers revendiqués de la collaboration.

Le message est donc passé et les positions de 44=Breizh en tant qu’organisateur de «BRETAGNE EN RESISTANCE[S]» sont claires et affirmées. La présence de l’extrême droite le 18 juin à Nantes ne pourra être assimilé qu’à une volonté de nuire au bon déroulement de la manifestation.


Réunion le mardi 26 avril à Saint-Herblain pour la création d’une coordination pour la manif du 18 juin à Nantes

21/04/2011

UNE PLATEFORME REVENDICATIVE POUR LA GRANDE MANIF DU 18 JUIN 2011 À NANTES

44=BREIZH souhaite faire partager au plus grand nombre les attentes concrètes que nous pouvons avoir de la réussite de l’événement «Manifestation Bretagne en résistance[s]» du 18 juin à Nantes, alors que nous sommes en plein dans l’organisation avec les associations participantes BRETAGNE RÉUNIE, l’ACB Morvan Lebesque et KEVRE BREIZH. Chacun et chacune en Bretagne peut participer à la réussite de la manifestation, en prenant notamment l’initiative d’organiser des réunions d’informations auxquelles 44=BREIZH et l’ensemble des organisateurs sera réjoui de répondre aux sollicitations.

De même, et parce que nous voulons que les revendications portées par la manifestation aboutissent, parce que nous voulons qu’elles soient populaires et partagées par le plus grand nombre, nous souhaitons apporter une contribution ouverte à la mise en place de la plateforme revendicative déjà mise en place. Elles sont avant tout le reflet d’une situation que nous éprouvons en pays nantais, même si plusieurs d’entres elles correspondent à des attentes globales que nous pouvons avoir pour l’ensemble de la Bretagne. Nous souhaiterions aussi que cette manifestation ne soit pas sans lendemain. C’est pour cela que nous proposons qu’une coordination regroupant le plus grand nombre de représentants de la société civile et d’élus puissent assurer le suivi des revendications qui auront éclos lors de cette manifestation. Nous invitons donc toutes les organisations se retrouvant dans ces propositions à une réunion de création d’une coordination autour d’une plateforme revendicative pour le 18 juin :

LE MARDI 26 AVRIL à partir de 19h30,
au Centre Yezhoù ha Sevenadur 13 rue du Rémouleur
44800 SAINT-HERBLAIN / SANT-ERVLAN


Pour compléter le premier diaporama mis à la disposition du public (en noir & en gras) : https://44breizh.com/2011/02/19/diaporama-bretagne-en-resistances-grande-manifestation-a-nantes-le-18-juin-2011/, nous souhaitons ajouter et préciser les revendications suivantes (en rouge & en italique) :

I. POUR LA DÉMOCRATIE :

  • Pour un Etat français décentralisé et véritablement démocratique, en cohérence avec les situations administratives existant ailleurs en Europe
  • Pour le respect du droit international qui protège les minorités

– Modification des circonscriptions électorales européennes afin d’avoir des élus européens de Bretagne qui puissent mettre en place les mesures assurant le respect des choix démocratiques de la Bretagne au niveau de l’Union européenne.

I.1 POUR LA RÉUNIFICATION :

  • Pour enfin répondre aux demandes des élus, de la société civile bretonne et des citoyens (2/3 des bretons y sont favorables)
  • Pour donner à la Bretagne et la Loire-Atlantique de nouvelles possibilités humaines, politiques, économiques, financières, …. offrir aux Bretons et aux Bretonnes un nouvel horizon démocratique et solidaire
  • Pour donner le poids à la Bretagne lui permettant de négocier avec l’État et l’UE les mesures qui assureront le respect de ses choix et de son identité

– Modifications des lois L.4122-1. du code des collectivités territoriales, L.72.1 de la constitution, et des lois du 16 décembre 2010 liées à la réforme territoriale, permettant au conseil général de Loire-Atlantique et la région Bretagne seulement de réunifier les deux entités, afin de permettre aux bretonnes et aux bretons de réellement prendre leur «destin en main» comme l’a suggéré le chef de l’État en Bretagne et de lever le droit de veto du Conseil Régional des Pays de la Loire sur la question.

– Alors que la réforme territoriale qui entrera en vigueur en 2014 et rend l’avenir du département incertain, il est essentiel que le Conseil Régional de Bretagne et le Conseil Général de Loire-Atlantique mettent en place des commissions mixtes sur tous les champs de compétences régionales. Que les conseillers généraux et régionaux se rassemblent en séance plénière pour mettre en place les conditions extralégales de la Réunification de la Bretagne (assemblées communes, consultations populaires, …) dans le cadre d’une collectivité unique.

II. POUR LA DIVERSITÉ CULTURELLE

  • Développement des pratiques amateures et le soutien des pouvoirs publics aux associations culturelles
  • Pour une politique publique culturelle bretonne ambitieuse (édition, audiovisuel, danse, musique création et diffusion, …)

– Adaptation des médias, journaux, … et notamment des médias publics, radio et télé, à l’ensemble du territoire breton, Loire-Atlantique incluse.

-Meilleure représentation des acteurs culturels bretons de Loire-Atlantique au sein du Conseil Culturel de Bretagne.

II.1 POUR LA DIVERSITÉ LINGUISTIQUE

  • Pour un statut officiel de nos langues, ratification de la charte Européenne des langues minoritaires et régionales par la France.

– Pour un taux de diffusion d’émissions en langue bretonne sur le service public au moins égal à celui pratiqué en Ille-et-Vilaine.

– Pour le retour d’une licence de breton à l’université de Nantes, un soutien accru à l’émergence de formations professionnelles en breton en Loire-Atlantique, réouverture des concours bac et enseignant en langue bretonne. Depuis la suppression du DEUG en 2003, quatre nouvelles écoles en langue bretonne et un collège Diwan se sont ouverts en Loire-Atlantique, démultipliant le nombre d’élèves mais aussi de besoins en personnes formées. Les élus locaux doivent faire pression pour appuyer cette demande.

– Pour la mise en place avec le rectorat de cours optionnels de gallo dans les collèges comme cela existe en Ile-et-Vilaine.

II.2 POUR LE RESPECT DE NOTRE IDENTITÉ

  • Pour le respect de notre identité. Enseignement et diffusion auprès du grand public des éléments qui constituent la part de notre identité individuelle et collective (langues, histoire, géographie, économie, littérature, arts, … )

– Mise en place d’une commission départementale en liant avec les communes visant à préserver le patrimoine et les marqueurs bretons de Loire-Atlantique (Chantiers navales de Bretagne devenus Chantiers de Nantes, modifications toponymiques au détriment des noms de lieux en breton ou faisant référence à l’histoire de Bretagne, etc ….).

– Mise en place d’un fond breton multi-domaine subventionné dans les Centres de Documentations et d’Informations des collèges et lycées.

VIVE LA BRETAGNE EN RÉSISTANCE[S] !

BREIZH O STOURM !



Réunion d’information «Bretagne en résistance[s]» le 19 avril à Blain (44)

08/04/2011

44=BREIZH et BRETAGNE REUNIE, organisateurs de la manifestation du 18 juin 2011 à Nantes avec KEVRE BREIZH et l’AGENCE CULTURELLE MORVAN LEBESQUE, animeront une réunion de présentation ouverte à tous, citoyens comme associations de Blain et des environs. Cette réunion se tiendra le mardi 19 avril, à 20h au Local Club à Blain, place Jollan de Clerville (champ de foire).

Trois objectifs à cette réunion :

1- Faire le point sur les avancés et actualités de la réunification de la Loire-Atlantique à la Bretagne

2- Rencontrer les associations culturelles et les citoyens pour permettre de faire remonter attentes et revendications pour la manifestation du 18 juin

3- Présenter et mobiliser les acteurs de Blain pour permettre la réussite de la manifestation du 18 juin

RENDEZ-VOUS :
Mardi 19 avril à 20h00
Au Local Club, place Jollan de Clerville (champ de foire)
Blain

Plus de renseignements sur la manifestation :
https://44breizh.com/2011/02/19/diaporama-bretagne-en-resistances-grande-manifestation-a-nantes-le-18-juin-2011/

Les 2 affiches en PDF sont à télécharger ci-dessous afin de les relayer à vos contacts et/où d’en imprimer quelques unes en attendant de les recevoir :


Réunion d’information sur la Réunification et grande manif’ du 18 juin 2011 : rendez-vous à Nort-sur-Erdre mardi 5 avril à 20h

30/03/2011

L’association ENORZH invite 44=BREIZH et BRETAGNE REUNIE, organisateurs de la manifestation du 18 juin 2011 à Nantes avec KEVRE BREIZH et l’AGENCE CULTURELLE MORVAN LEBESQUE, à venir animer une réunion de présentation ouverte à tous, citoyens comme associations de Nort et des environs.

Trois objectifs à cette réunion :

  1. Faire le point sur les avancées et actualités de la réunification de la Loire-Atlantique à la Bretagne
  2. Rencontrer les associations culturelles et les citoyens pour permettre de faire remonter attentes et revendications pour la manifestation du 18 juin
  3. Présenter et mobiliser les acteurs du pays nortais pour permettre la réussite de la manifestation du 18 juin

RENDEZ-VOUS :
Mardi 5 avril à 20h00
Salle sud, rue de la Fraternité
Nort-sur-Erdre

Plus de renseignements sur la manifestation :
https://44breizh.com/2011/02/19/diaporama-bretagne-en-resistances-grande-manifestation-a-nantes-le-18-juin-2011/