Réponses des candidats aux élections municipales au questionnaire de 44=BREIZH

19/03/2014

Urne_Municipales_2014_44BREIZHIl y a quelques semaines, le collectif 44=BREIZH avait entrepris de contacter les candidats aux élections municipales pour les amener à faire connaitre leur position sur la réunification de la Bretagne au plus grand nombre.

Un peu moins d’une semaine avant le scrutin, le collectif publie un tableau synthétisant les réponses des candidats et les messages reçus de leur part en remerciant ceux et celles, favorables ou non à la réunification qui ont pris le temps de répondre à nos questions.

JPEG Réponses 1JPEG Réponses 2JPEG Réponses 3JPEG Réponses 4Basse-Goulaine – Olivier Martin – Liste Basse-Goulaine Entreprenante et Solidaire

Chateaubriant – Bernard Gaudin – Liste la voix citoyenne

Donges – JM Nicollet – Liste Donges Avenir

Guéméné-Penfao – Yannick Bigaud – Liste Pour l’Avenir de Beslé-Guémené-Guénouvry

Guerande – Catherine Baihache – Liste l’Avenir ensemble

La Plaine sur Mer – Marie-Françoise Boutet – Liste Un avenir pour la Plaine…Ensemble

Nantes – Pascale Chiron – Liste écologiste et citoyenne

Nantes – Johanna Rolland – Liste Nantes à de l’Avenir

Pornic – Charles Sibiril – Liste Valeurs et Dynamisme

Pornic – Jean-Michel BRARD – Liste Ecoute et expérience

Pornichet – Patricia Gallernau – Liste Pornichet avenir

Romain Mothes -Demain Malville pour tous

Rougé – Jean-Michel Duclos – Liste Oser Rouger

Saint Étienne de Montluc – Judith le Ray – Liste Saint-Étienne solidarité-écologie

Saint-Herblain – Primael Petit – Liste Saint-Herblain à gauche toute

Saint-Nazaire – Gilles Denigot – Liste Changez la ville

Saint-Nazaire – Ludovic le Merrer – Liste DésirS de Ville dynamique et solidaire

Saint-Viaud – Roch Cheraud – Liste Ensemble revitalisons Saint-Viaud

Vertou – Brigitte Heridel – Liste Changer la donne à Vertou

Vigneux de Bretagne – Jean Rudich – Liste Oser une nouvelle dynamique

Blain – Jean-Michel Buf – Blain Autrement

Carquefou – Claude Guillet – Carquefou fort et solidaire

Carquefou – Gilles Cavé – Liste Carquefou 2014

Publicités

44=Breizh condamne les dégradations racistes perpétuées à Saint-Nazaire

17/05/2013

Dans une brève publiée dans l’édition de Saint-Nazaire du journal Presse-Océan, le collectif 44=BREIZH a découvert avec stupeur qu’une plaque commémorant l’abolition de l’esclavage y avait été dégradée par une inscription « 44=BZH ». Visiblement dans le même moment, un monument dédié aux victimes de la déportation avait été dépouillé de ses fleurs offertes par l’amicale des anciennes déportées du camp de Ravensbrück.

Nous tenons à dénoncer ces actes misérables et inacceptables qui ne sont évidemment pas liés au collectif 44=BREIZH (souvent abrévié dans la presse par « 44=BZH »). Notre collectif et ses membres ont toujours pris position et lutter contre les discriminations et l’extrême-droite, pour une Bretagne solidaire et ouverte. 44=BREIZH, le collectif comme les gens qui le soutienne n’ont rien à voir avec la ou les personnes qui insultent la mémoire des hommes et des femmes qui ont été déportées. Face à des actes et un climat racistes se répandant partout en Europe, nous devons toutes et tous lutter en Bretagne pour empêcher la puanteur brune de se répandre.

Nous demandons à la presse de publier ce communiqué afin de lever tout opprobre qui pourrait être jeté sur les personnes militant pour la réunification de la Bretagne par cet acte et cette publication.

373527_175086722547716_1077579722_n


Voyage à Nantes/Estuaire 2012 : bienvenue en Bretagne !

15/06/2012

Vendredi 15 juin 2012
C’est le lancement du Voyage à Nantes (La ville renversée par l’art), un parcours touristique de 8,5 km à travers la ville, ponctuée ça et là d’œuvres artistiques. Mais il y a quelques lacunes dans l’organisation…
Bah oui ! La moindre des choses c’est de souhaiter la bienvenue aux voyageurs qui viennent de loin, la bienvenue… en Bretagne bien sur ! La ville de Nantes ayant omis de le faire, c’est dans un élan de participation citoyenne que 44=Breizh s’en est chargé la veille de l’inauguration en apposant ses propres œuvres picturales. Le voyage à Nantes se prolongeant jusqu’au 19 août, il est probable que ces œuvres d’expression citoyenne réapparaissent prochainement…

À quelques pas du Lieu Unique et ancienne Tour L.U…
Au pied de la Tour Bretagne !

Les organisateurs avaient également omis toute référence
à la Bretagne sur leur affiches, documents, etc.
Nous nous sommes permis de les détourner :

Les arrêts de trams & les tramways ont été recouverts avec les logos « Voyage à Nantes »,
qui ont été déclinés en plusieurs langues, mais pas en breton !
Ce n’était pourtant pas compliqué !

Diffusion des « Prizioù » à Saint-Nazaire dimanche ! Skignet ‘vo ar « Prizioù » e Sant-Nazer Disul !

27/01/2012

E galleg dindan / En français plus bas


Ar bodad « Brezhoneg ‘barzh an tele ! » a ro emgav da 10e50 d’ar Sul 29 a viz Genver e Kafedi « La Marine » e Sant-Nazer. Ar c’hafedi-mañ ‘zo sklaer e vennozhioù keñver Breizh hag identelezh Sant-Nazer. Lec’hiet eo e-tal poull ar porzh (7, bali ar gêr kozh).
Ar bodad « Brezhoneg ‘barzh an tele ! » a stourm a-gevret gant Ajañs Sevenadurel Breizh Morvan Lebesque abaoe ur bloavezh evit ma vefe skignet adarre abadennoù e brezhoneg e Liger-Atlantel. Chomet e oa a-sav an abadennoù da heul ur bolitikerezh aozet gant François Fillon. Daoust d’an abegoù teknikel a oa bet roet gant F3 Roazhon e weler mat n’eo nemet un abeg toull evit chom hep skignañ brezhoneg war dachenn Liger-Atlantel… Koulskoude e oant bet skignet digudenn gant ar memes skingaser e-pad 30 vloaz !

Un dra vat ‘vefe ma tistrofe abadennoù F3 e Liger-Atlantel evit gwelaat plas ar brezhoneg er mediaoù.
(Sed amañ ur ganaouenn bet savet gant Bernez Tangi ha Yon Gouez evit sevel a-enep d’an nebeut a eurvezhioù brezhoneg er skinwel e rannvro Breizh hag an disparti gant Liger-Atlantel) :

An emgav-mañ a vo un degouezh da zegas da soñj d’ar bolitikourien ha da F3 ne c’hell ket padout ken .
Ar bloaz tremenet e oa deuet d’ar c’hafedi an nazerian Philippe Grosvalet evit harpañ « Brezhoneg ‘barzh an tele !« . D’ar mare-mañ ne oa ket c’hoazh Prezidant Kuzul Departamant Liger-Atlantel…

Le collectif « Du breton dans ma télé » donne rendez-vous Dimanche 29 janvier 2012 à 10h50 au café de la Marine à Sant-Nazer / Saint-Nazaire. Ce café, qui affiche clairement l’identité bretonne nazairienne, est situé face au bassin du port de Saint-Nazaire au 7 avenue de la vieille ville.
Le collectif « Du breton dans ma télé » mène depuis un an avec l’aide de l’Agence Culturelle Bretonne de Naoned / Nantesune action pour le rétablissement en Loire-Atlantique des émissions télévisées en langue bretonne, interrompues depuis septembre 2002 sur intervention politique de François Fillon. On le voit bien, les raisons techniques invoquées par F3 Rennes pour refuser le rétablissement des émissions en breton ne sont qu’un prétexte sachant que pendant plus de 30 ans avec le même émetteur cela ne posa alors aucun problème.

Le rétablissement de ces émissions améliorerait sensiblement l’environnement médiatique vis à vis de la langue bretonne.
(Voir à ce sujet la chanson réalisée par Bernez Tangi et Yon Gouez afin de dénoncer le peu d’heures de breton à la TV en région administrative Bretagne et la coupure totale en Loire-Atlantique.)

Ce rendez-vous dans la 4e ville de Bretagne sera l’occasion de rappeler à F3 et aux politiques que cette situation inique ne peut plus durer.
En 2011, le Nazairien Philippe Grosvalet et futur président du Conseil Général de Loire-Atlantique était venu au café de la Marine apporter son soutien au collectif « Du breton dans ma télé« …


Où trouver le calendrier 2012 de 44=BREIZH ? Pelec’h kavout deiziadur 44=BREIZH evit ar bloavezh 2012 ?

10/12/2011


Où trouver le calendrier bilingue
de 44=BREIZH pour l’année 2012 ?

44=BREIZH fêtera ses 4 années d’existence en 2012 ! Nous avons donc décidé de faire un calendrier 2012 qui reprenne des photos des nombreuses actions que nous avons faites, comme la manif’ « Bretagne en résistances » du 18 juin dernier, la « Fresque Humaine 44=BZH » de 2010… et bien d’autres encore !
Chaque mois est accompagné d’un texte explicatif et pédagogique, souvent en lien avec la photo.

Le calendrier est bilingue breton-français. Les prénoms bretons sont également indiqués.

Calendrier couleur de format A3 avec reliure spirale noire.
En vente 10 € en soutien à 44=BREIZH.

Pelec’h kavout deiziadur 44=BREIZH
evit ar bloavezh  2012 ?

Lidet e vo gant 44=BREIZH e bevare deiz ha bloaz e 2012 ! Divizet hon eus neuze sevel un deiziadur gant luc’hskeudennoù an oberennoù aozet ganeomp : manifestadeg « Breizh o stourm » an 18 a viz Even dremenet, pe c’hoazh ar « Freskennad-Tud » aozet e 2010…
Kalz reoù all ‘zo c’hoazh !
War bep miz ez eo bet skrivet un tamm testenn displegañ ha pedagogel evit kompren gwelloc’h ar skeudenn.

Divyezhek brezhoneg-galleg eo an deiziadur. Ar raganvioù vreizhek a vo kavet ivez !

Deiziadur liv stumm A3 e geinadur troellenek.
En gwerz 10 € evit sikour 44=BREIZH.


Voici une liste de quelques points de vente /
Setu listennad al lec’hioù gwerz :

  • NANTES / NAONED

– ACB 44 (Agence Culturelle Bretonne Morvan Lebesque)
Espace Jacques-Demy / 5ème niveau
24, quai de la Fosse
44000 NANTES / NAONED
02.51.84.16.07
www.acb44.com

  • SAINT-HERBLAIN / SANT-ERVLAN

– KDSK Bro-Naoned
13, rue du Rémouleur
44800 SAINT-HERBLAIN / SANT-ERVLAN
02.51.80.72.41
http://www.kdsk-bzh.org:8080/

  • SAINT-NAZAIRE / SANT-NAZER

– Librairie GWELADENN
Bd Légion d’Honneur
44600 SAINT-NAZAIRE / SANT-NAZER
02.40.22.16.10

  • RENNES / ROAZHON

– SKOL AN EMSAV
Rue Pierre Martin
35000 RENNES / ROAZHON
02.99.38.75.83
http://www.skolanemsav.com/

– LE PAPIER TIMBRÉ
Rue de Dinan
35000 RENNES / ROAZHON
09.52.52.11.25
http://www.papier-timbre.org/

– LA COUR DES MIRACLES
18, rue de Penhoet
35000 RENNES / ROAZHON
02.99.79.55.87

  • VANNES / GWENED

– Librairie LENN HA DILENN
8, rue Chanoines
56000 VANNES / GWENED
02.97.01.01.11


Pôles métropolitains, opportunité ou menace pour la réunification de la Bretagne ?

08/12/2011

44=Breizh publie ici et avec son aimable autorisation une analyse de Mikael Bodlore-Penlaez sur la création des pôles métropolitains (notamment Loire-Bretagne) et son impact sur l’unification territoriale de la Bretagne :

«Vu de Chicago, Angers, Nantes ou Rennes, c’est une même région…». C’est ce qu’Emmanuelle Quiniou, directrice générale de l’Agence d’urbanisme de la région angevine répondait à une interview du magazine municipal de la ville d’Angers (Vivre à Angers n° 355) pour justifier de la création du Pôle métropolitain Loire-Bretagne qui regroupe Angers, Nantes, Rennes, Saint-Nazaire et Brest. Ce type de réflexion est pour le moins absurde sinon fait preuve d’une négation totale de l’identité des territoires. Doit-on se positionner sur la réalité régionale en prenant en compte l’avis d’un Américain habitant à plusieurs milliers de kilomètres de chez nous, ou au contraire en prenant en compte les réalités locales et les souhaits de la population en Bretagne ou en Anjou ? Ce n’est pas parce que vu d’Europe, on ne sait pas systématiquement faire la distinction entre un Laotien et un Cambodgien que ces deux États vont souhaiter fusionner pour nos beaux yeux.

Les Pôles métropolitains, une identité commune ?

Les pôles métropolitains sont une nouvelle forme de coopération entre différentes agglomérations institués par la loi sur la réforme territoriale du 16 décembre 2010. Dans ce cadre, plus de 20 projets ont émergé en France, dont celui intitulé Loire-Bretagne. Ces pôles doivent porter un projet de développement équilibré et complémentaire notamment pour l’économie, l’urbanisme et l’aménagement. Lors du lancement de ces pôles à Paris le 5 juillet dernier, trois objectifs principaux ont été énoncés, à savoir la pertinence de l’échelle d’action, l’identité commune et le portage d’un projet de développement commun. La sémantique a toute son importance, notamment au vu du projet Loire-Bretagne qui ne paraît nullement s’inscrire dans ces objectifs ambitieux.

Le pôle métropolitain Loire-Bretagne, un non-sens

On peut légitimement s’interroger sur ce qu’on entend par l’identité commune des villes souhaitant coopérer au sein du pôle métropolitain Loire-Bretagne ? Cet espace découle plus du non-sens que d’une réelle identité commune. Quels sont franchement les liens culturels et historiques que Brest et Angers entretiennent ? Ces deux villes distantes de plus de 370 km sont à plus de 4 h 30 de route. Mais si la réflexion doit être d’ordre économique ou urbanistique, les liens ne sont pas plus évidents. Angers, métropole du Val de Loire, n’a pas beaucoup de rapport avec Brest, dont le slogan est la «métropole océane». Mais au-delà de l’incohérence se dessinent les plans de la Datar, sortis en 2005 qui voyait déjà dans cette métropole Loire-Bretagne l’embryon du futur rapprochement des régions administratives Bretagne et Pays de la Loire, cassant net toutes possibilités d’une Bretagne à cinq départements. L’organisme aménageur parisien ne s’est jamais vraiment distingué par ses «découpages» cohérents de l’espace hexagonale. Il est vrai qu’il s’est souvent adonné à des charcutages technocratiques rarement appropriés par la population, ni même les élus, souvent peu convaincus.

Angers entre deux chaises

Mais le contexte évolue assez rapidement. Du côté breton, l’analyse est sans appel. Une région à 5 départements où Brest, Nantes et Rennes coopèrent, cela est une évidence. Mais du côté angevin, les lignes bougent. À croire que les Bretons inspirent leurs voisins du Val de Loire. En effet, un nouveau pôle est en train de naître entre Angers, Tours et Le Mans, regroupant ainsi des villes qui historiquement ont toujours été proches, dans un espace cohérent qui s’appelle Val de Loire. Alors que dans les études préalables au projet du Grand-Paris, l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Île-de-France (Les cahiers de l’IAU n° 153) considère la région nantaise comme une simple banlieue parisienne, Nantes et Rennes se posent la question d’une coopération beaucoup plus poussée pour faire contre poids. Dans ce contexte, le maire d’Angers, Jean-Claude Antonini, souhaite coopérer plus avant avec les villes consœurs de Touraine et du Maine, au point de se rallier le chef de file de l’opposition Laurent Gérault, qui déclarait au webzine Villactu.fr en février 2011 se réjouir de l’initiative du maire et «attendre beaucoup de ces nouveaux échanges, la place et l’avenir de l’Agglomération angevine en dépendent, face à l’hégémonie grandissante de l’axe Nantes-Rennes».

Georges Gontcharoff, spécialiste des questions de démocratie participative, enfonce le clou et émet des sérieux doutes sur la pertinence de certains pôles. Il affirme dans une analyse qu’il fait du rapport du membre du Conseil d’État, Jean-Jacques de Peretti (note n°64 ADELS/UNADEL), que «l’Espace Métropolitain Loire-Bretagne (EMLB) existe, mais ne se transformera peut-être pas en pôle métropolitain. (…) Un pôle métropolitain s’explore entre Tours, Angers et Le Mans. On voit donc qu’Angers est tiraillé entre plusieurs logiques».

L’espace Loire-Bretagne, opportunité ou menace pour la réunification ?

La constitution des pôles métropolitains permet aujourd’hui d’envisager deux scénarios, même trois. L’un est favorable à la réunification de la Bretagne et l’autre la fait s’éloigner encore un peu plus. Si Angers décide de se rapprocher de Tours et du Mans et que Brest, Nantes, Rennes et Saint-Nazaire s’unissent, on peut imaginer le meilleur pour l’avenir de la Bretagne à 5 départements. Angers retrouvant naturellement le Val de Loire comme espace de coopération, la cohésion régionale s’en trouvera d’autant renforcée.

En revanche, si l’acharnement technocratique persiste à construire un territoire difforme et sans identité réelle à travers l’espace Loire-Bretagne, on risque de se trouver dans une situation qui conforte encore plus la constitution d’une région Grand Ouest. Cela anéantirait par la même occasion l’idée d’une Bretagne réunifiée, et ferait peser le risque de disparition pure et simple de la région Bretagne.

Un troisième scénario, pas plus réjouissant, pourrait aboutir à un espace réunissant Angers, Brest, Le Mans, Nantes, Rennes, Saint-Nazaire et Tours.
Vous avez dit du grand n’importe quoi ?

[Source : Mikael Bodlore-Penlaez]


RDV de l’Erdre, Couvre-Feu et Escales : en Bretagne sud !

15/09/2011

La période estival a charrié son lot de festochs en 44. Occasion bien connu pour la région « Pays de la Loire » d’étaler sa propagande à grand coups de banderoles, kakemonos et autres supports de communication.

Début Août, la 20ème édition des Escales a ramené plus de 40 000 personnes, pour ce festival de musiques du monde. Évidemment, la région PdL était chez elle dans la municipalité de son collaborateur Joel Batteux. Le site et les programmes étaient blindés de pub et propagande PdL en tout genre, jusque sur l’écran géant de la grande scène ! Une dissonance qui contrairement à la musique n’adoucira pas les mœurs : la totalité des banderoles PdL, une quarantaine, auront été tagué de slogans « 44=BZH ». Pas la peine de se demander si la région finance l’événement pour soutenir la culture, ou par opportunisme pour poursuivre la création de son identité factice.

Un bon festival malgré cette présence intempestive, où la prestation du Bagad Sant-Nazer avec les Gwanas d’Agadir, performance soutenue financièrement par le Conseil Général 44, aura démontré que les musiques du monde se déclinent aussi autour de la solidarité entre les peuples sans État.

Quelques jours plus tard détour par le festival Couvre Feu. Comme il est désormais à l’habitude le public est accueilli une haie de banderoles PdL à l’entrée même du festival… La jeunesse est une fois de plus clairement visée. Mais c’était sans compter les nombreux gwenn ha du, et drapeaux du Pays de Retz présent autour du site, et même… dans le site ! Preuve que la politique d’acculturation de la région PDL trouve de résistance au sein de la population.

Début septembre, les Rendez-vous de l’Erdre, évènement immanquable des nantais et des amateurs de jazz. Mais c’est aussi une des vitrines de propagande favorite de la région PdL. Heureusement chaque année les citoyens nantais hostiles à cette pollution visuelle ne manque pas de faire disparaître banderoles et kakemonos de la région comme dans un éternel tour de magie !



Le collectif 44=Breizh tient à saluer ces initiatives. A Saint Nazaire, Corsept et on a pas fini de se dresser devant la politique d’assimilation ligérienne relayées et encouragées par Joël Batteux, Jean Marc Ayrault, Jacques Auxiette, et depuis peu, Philippe Grosvalet.