Elections régionales : les Barbouilleurs volontaires demandent des comptes !

11/12/2015

Nous reproduisons ici le communiqué de presse des 6 barbouilleurs volontaires arrêtés en décembre 2008 et condamnés à de lourdes amendes en 2009 et 2010 :

En 2010, six barbouilleurs volontaires étaient condamnés à 2 mois de prison avec sursis et 17 724€ d’amende pour 2 tags « 44=BZH » sur l’hôtel de région des Pays de la Loire. Suite aux deux procès, la région avait décidé de faire payer le prix aux six militants de l’ensemble des tags pro-réunification des mois précédents.

barbouilleurs-volontaires

Aujourd’hui, en décembre 2015, malgré le règlement de 9 900€, la région Pays de la Loire réclame toujours aux militants, pour certains toujours en situation de précarité, les 8 350€ restant. Nous n’avons cessé de dénoncer cet acharnement financier contre la jeunesse, cette sanction injuste à nos yeux et qui hypothèque notre avenir proche, mettant des barrières à chacun de nos projets professionnels et personnels.

En ce temps d’élection régionale, nous demandons aux candidats qui géreront la région des Pays de la Loire demain ce qu’ils comptent faire dans cette situation ? Eux qui portent dans leur programme la promotion de l’identité bretonne de la Loire-Atlantique ainsi que l’accompagnement des jeunes et jeunes actifs ! En réalité ils procèdent dans notre cas à un véritable hold-up politique en nous mettant une pression continue depuis maintenant déjà plus de 5 ans.

A l’heure où la jeunesse se sent de plus en plus en dehors du débat politique,  ce genre de pratiques ne fait qu’accentuer le désintéressement de beaucoup de jeunes des enjeux politiques. Surtout quand on vous condamne pour justement avoir fait valoir votre opinion politique.

Les 6 barbouilleurs volontaires

Nantes, le 11 décembre 2015


Régionales : Le collectif 44=Breizh dénonce l’absence de débat sur la réunification et appelle à voter Gilles Denigot

03/12/2015

Un grave problème de désinformation et donc de démocratie :

En région Bretagne, le collectif a comptabilisé près d’une centaine de questions ou évocations de la réunification de la Loire-Atlantique à la région Bretagne dans les médias locaux et régionaux (Télégramme, OF, France3, radios, télés et hebdos locaux). 10 liste sur les 11 présentes y défendent la réunification, à des niveaux d’engagement divers. Au moins deux listes annoncent un référendum sur la réunification comme première mesure en cas de victoire en région Bretagne, et en Loire-Atlantique, Oui la Bretagne/Breizh Evel-just et Bretagne en luttes/Breizh O Stoum.

En Loire-Atlantique, c’est à dire dans la région administrative Pays de la Loire, deux listes ont mis la réunification de la Bretagne dans leur programme, « Choisir nos régions » et EELV. Mais, la question n’est jamais posée par les journalistes. Les quotidiens Presse-Océan et Ouest-France, ont évoqué à de rares occasions le sujet mais sans en faire un sujet de campagne. Malgré la réforme territoriale récente et la création des nouvelles région, le débat n’est pas évoqué. Pire, France 3 Pays de la Loire pose la question dans son portrait des candidats « comment mieux faire connaître la région ? », comme si la remise en cause de cette région n’existait pas. D’ailleurs la question est complètement absente du « grand débat » de 1h15 organisé par France 3 PdL.

La différence de traitement de l’information par les médias régionaux, et notamment la télé publique régionale, France 3, est très problématique. Notamment quand on sait que la région Pays de la Loire a financé un plan d’aide de 900 000 euros à France 3 PdL contre la valorisation des actions du conseil régional.

Reforme_Territoriale_2014_Regions_Coherentes_Reunification_Bretagne_44_Breizh

Une carte alternative pour la réforme territoriale

Que dise les deux listes se positionnant sur l’unité de la Bretagne ?

Europe Écologie – Les Verts – Pays de la Loire, la fausse solution

La liste menée par Sophie Bringuy revendique la fusion Pays de la Loire-Bretagne, « avec une Loire-Atlantique bretonne ». Elle réclame « un renforcement immédiat des coopérations entre les deux régions : déplacements, agriculture, pêche, énergies marines, culture, littoral, … », « créons un plan de développement des langues régionales en particulier en Loire-Atlantique ». Elle propose un débat interrégional et un referendum dans les deux régions et la création d’un seul département breton à partir des cinq historiques, à l’intérieur de la région Grand Ouest. Nous les féliciterons de l’effort fait pour prendre la question territoriale en compte. Mais, à force de vouloir capter des voix tout en décidant de ne pas trancher réellement, ils en arrivent à proposer une solution sans doute pire que le découpage actuel.

Nous rappellerons d’abord que les différents sondages fait en Bretagne administrative montrent un net refus de la fusion avec les Pays de la Loire (94% ne souhaitent pas cette fusion), alors que la réunification avec la Loire-Atlantique est largement souhaitée. Cette fusion pourrait donc entraîner selon eux la création d’un seul département pour la Bretagne réunifiée. Mais cela équivaudrait à un grave déficit de moyens et de représentation pour les bretons avec un département de 4,5 millions d’habitants quand d’autres, dans la même région, en comporte seulement 300 000, comme la Mayenne. On imagine mal ces autres départements plutôt terriens et cette nouvelle région accepter de financer les politiques spécifiques du territoire breton (pêche, littoral, énergies marines, etc.). La création de ce département laisse d’autant plus dubitatif que le premier ministre à annoncer leur suppression à l’horizon 2021. Que restera-t-il de la Bretagne une fois la suppression des départements ? La situation ne serait pas viable sur le long terme. Au vue de la situation actuelle elle amènera à un certain moment la Bretagne à revendiquer les compétences et les capacités d’action d’une région, au minimum. Laissant ainsi les autres départements des Pays de la Loire dans l’expectative dès 2019, date à laquelle il ne sera plus possible pour les départements de changer de région.

Cette proposition paraît donc plus être une position visant à établir un consensus au sein de la liste EELV Pays de la Loire plutôt qu’à trouver une solution crédible à la problématique. D’autant que EELV en Bretagne administrative parle de la réunification comme une solution face au « risque d’un Grand Ouest »

blocage-pays-de-la-loire-centre-bretagne-reunification-44-BREIZH

Gilles Denigot, la cohérence et la démocratie

Gilles Denigot, candidat de la liste « Choisir nos régions – Réunifier la Bretagne », est la seule liste à proposer une réelle solution à la problématique territoriale. Son credo est simple, demander à la population de se positionner sur une proposition de redécoupage voulu tant par la région Bretagne que par la région Centre-Val de Loire. C’est à dire une position de consensus, qui contourne le blocage organisé par le conseil régional des Pays de la Loire en consultant la population. C’est une solution démocratique qui offre une véritable alternative aux habitants des autres départements des Pays de la Loire, trop souvent maintenus hors du débat territorial.

Alors que les militants du collectif se sont fortement investis dans la campagne de votation de la plateforme DIBAB, c’est avec une certaine satisfaction que nous voyons les propositions faites par celle-ci reprises par un candidat aux élections  :

_ Consultation de la population sur la réunification et la création d’une Assemblée de Bretagne fusionnant les cinq départements et la région.

Si la Bretagne doit devenir une collectivité unique, il serait malvenu de ne pas poser en même temps la question de la modification des limites régionales, alors que celles-ci ont été rebattues partout ailleurs. De plus, cette collectivité doit disposer du maximum de compétences pour mettre en place les politiques structurelles nécessaires à la Bretagne.
Enfin, la réunification permettra aux habitants des autres départements des Pays de la Loire de pouvoir se déterminer sur la composition de régions cohérentes, sans que celle-ci soit perturbée par la problématique bretonne.

Le collectif 44=Breizh appelle donc à voter en masse pour la liste menée par Gilles Denigot et Anne-Claire Quiviger (Liste « Choisir nos régions & réunifier la Bretagne« ).


Ce dimanche, votation citoyenne DIBAB – DÉCIDEZ LA BRETAGNE à Saint-Herblain !

15/10/2015

Votation DIBAB a Saint-Herblain

Le collectif 44=Breizh félicite les herblinois & herblinoises qui organisent dimanche prochain une votation avec l’association DIBAB – DÉCIDEZ LA BRETAGNE. Ce sera en effet la première fois qu’une aussi grande ville de Bretagne sera amenée à répondre aux 2 questions posées, concernant la réunification d’une part, et la création d’une Assemblée de Bretagne d’autre part.

Vous trouverez ci-dessous toutes les informations pour pouvoir voter à Saint-Herblain dimanche. Allez voter et faîtes voter vos proches qui habitent Saint-Herblain !

>>> http://dibab.org/fr/tout-savoir-sur-la-votation-de-st-herblain/ <<<


Comment recevoir des autocollants 44/BRETAGNE avec drapeau breton pour vos plaques d’immatriculation ?

06/09/2015
Autocollants_plaques_bretonnes_44_bzh

Depuis mai 2009, plus de 200.000 autocollants 44/BRETAGNE ont été imprimés !

pegsun_autocollant_44_Bretagne_Breizh_Plaques_Immatriculation_BZHDe 2009 à 2014 le collectif 44=Breizh envoyait gratuitement des autocollants pour plaques d’immatriculation. Suite à une trop forte demande nous avions décidé de ne plus envoyer d’autocollants par la poste pour les raisons simples que cela coûtait beaucoup d’argent et demandait beaucoup de temps d’investissement militant.

Étant donné un nombre toujours plus important de demandes nous avons pris la décision de reprendre les envois d’autocollants pour plaques. Cependant nous ne pouvons plus nous permettre de réaliser ces envois gratuitement, car ces autocollants et l’envoi de ceux-ci ont un coût. Pour obtenir des autocollants il vous suffit maintenant d’effectuer un paiement via Paypal et d’envoyer votre adresse postale à collectif.44breizh[at]gmail.com (remplacer [at] par @) accompagnée de la référence de votre paiement Paypal.

Cliquez sur les liens ci-dessous
pour acheter directement via Paypal !

Pour acheter 4 autocollants « 44/BRETAGNE »
pour plaques d’immatriculation,

cliquez sur le bouton ci-dessous :

Acheter_4_autocollants_44_Bretagne_Breizh_Plaques

Pour acheter 8 autocollants « 44/BRETAGNE »
pour plaques d’immatriculation,

cliquez sur le bouton ci-dessous :

Acheter_8_autocollants_44_Bretagne_Breizh_Plaques 2

Pour acheter 12 autocollants « 44/BRETAGNE »
pour plaques d’immatriculation,

cliquez sur le bouton ci-dessous :

Acheter_12_autocollants_44_Bretagne_Breizh_Plaques 3

Merci de nous soutenir ! Trugarez deoc’h !

Visuel site collectif


Halte à la répression : Référendum, Réunification !

02/07/2015
Ce mardi 7 juillet 2015 un sympathisant du Collectif 44=Breizh est convoqué devant le tribunal correctionnel de Nantes pour des « dégradations légères » autrement dit un tag « 44=BZH ». Les faits reprochés remontent au 3 juin 2014 lors d’un rassemblement devant le Conseil Général de Loire Atlantique.
barbouilleurs-volontaires
Depuis des années nous réclamons la mise en oeuvre d’un référendum local portant sur l’unité administrative de la Bretagne et ce, en rattachant la Loire-Atlantique aux 4 départements de la « Bretagne » actuelle. Aujourd’hui, nous ne pouvons que dénoncer un acharnement judiciaire envers les militants pro-réunification, acharnement qui dure depuis trop longtemps maintenant. En effet, depuis 2007 une quinzaine de militants proches de notre mouvement s’est retrouvée devant les tribunaux. Nous trouvons inacceptable que des militants bretons se retrouvent devant la justice pour de simples « dégradations légères » alors que nos responsables politiques nous refusent dans le même temps toute idée de démocratie.
Ce procès marque donc une provocation de plus. Aujourd’hui c’est bien l’Etat qui devrait se retrouver devant les tribunaux pour son refus de donner la parole aux citoyennes et citoyens de Bretagne et pour son refus d’appliquer la démocratie la plus stricte. La solution : Référendum, Réunification !
Le dossier a été pris en charge par l’association de soutien aux militants bretons Skoazell Vreizh. Sans solidarité, pas de liberté ! Hep kengred, frankiz ebet !
Le Collectif 44=Breizh

Le « Vrai débat » : Nantes, la Bretagne et nous !

13/05/2015

Affiche_La_Loire_Bretagne_Pour_Tous_44_Breizh

Le collectif 44=Breizh tient tout d’abord à féliciter la métropole nantaise pour son initiative de consultation citoyenne concernant l’aménagement de la Loire et ce, notamment au travers de sa grande campagne intitulée : « le Grand débat : Nantes, la Loire et nous » lancée depuis quelques mois déjà et qui touche à sa fin en ce moment même. Il est intéressant de voir et de souligner que sur certains sujets les institutions territoriales sont capables de demander aux citoyennes et citoyens leur avis. La méthode a d’ailleurs été saluée par la Commission Nationale des Grands Débats Publics. (article ci-joint).

11267583_10200421197609705_1778533914_o

Même si nous nous réjouissons de ce genre d’initiative, il est important d’en souligner les limites. En effet, ces consultations sont encore bien trop rares et restent cantonnées à des sujets qui, quelle qu’en soit l’issue, n’engendrent que peu d’impact sur les projets initiaux. Il s’agit en fait d’un débat choisi et orienté dans le sens que souhaite lui donner son organisateur. Ici par exemple, les projets sont connus et plus ou moins définis, aux citoyennes et citoyens de choisir celui qu’elles ou ils préfèrent sans véritablement l’influencer.

Depuis 2008 nous luttons pour la Réunification de la Bretagne, question qui a toujours suscité énormément d’intérêt et d’engouement à Nantes, dans tout le département de Loire-Atlantique mais également dans toute la région Bretagne de manière générale. Depuis 2014 et le projet de réforme territoriale, cette question a pris une nouvelle dimension sans pour autant altérer les motivations et revendications populaires, au contraire même, puisque ce sont, 10 000, 20 000 puis 40 000 personnes qui se sont réunies à Nantes pour manifester à quelques mois d’intervalle. Motivées par l’espoir d’être écoutées, pensant que la réforme serait enfin l’occasion d’apporter une solution concrète pour répondre et rejoindre leurs attentes.

Devant l’échec -démocratique entre autres- de cette réforme, des citoyens bretons se sont alors mobilisés autour de l’Association Dibab – Décidez la Bretagne afin d’organiser des referendums locaux auto-organisés avec pour objectif de demander directement aux citoyennes et citoyens leur avis sur la Réunification de la Bretagne ainsi que sur la création d’une Assemblée de Bretagne. Ces consultations ont lieu sur les 5 départements « bretons ». Cette initiative que nous soutenons depuis le départ, s’inscrit dans la lignée de ce que l’on considère comme étant le plus important : à savoir l’avis et la consultation des citoyennes et citoyens sur les sujets qui les touchent le plus au quotidien aujourd’hui et demain. De ce fait, nous proposons à Nantes Métropole de ne pas s’arrêter en si bon chemin et de continuer sur cette lancée démocratique. C’est pourquoi nous avons décider de prendre les devants et de lancer ce que nous avons appelés « le Vrai débat : Nantes, la Bretagne et nous. » Une page Facebook a notamment été créée. L’objectif est de pouvoir débattre sur cette question et donner la parole aux Nantaises et Nantais, mais pas seulement, c’est également l’occasion pour toutes les bretonnes et bretons de montrer leur lien avec Nantes.

Le collectif 44=Breizh !

Page facebook Le « Vrai débat » : Nantes, la Bretagne et nous !

11263874_10200421203649856_2116277435_n


Succès de la soirée BREIZH CALLING evit sizhun ar brezhoneg !

07/04/2015

Pari réussi pour le concert co-organisé par 44=Breizh, BREIZH CALLING à Moisdon-la-rivière. Près de 500 personnes* ont participées à une soirée de musiques bretonnes actuelles mémorable !

Les forges ont offert un cadre magnifique à cet événement qui s’inscrivait dans la «semaine du breton et du gallo», soutenue par le Conseil Régional de Bretagne et coordonnée en Loire-Atlantique par le centre culturel Yezhoù ha Sevenadur.

Des stands de disquaires, d’associations, des repas bio servis et préparés par des maraîchers locaux, de la bière bio de Jans au comptoir, l’ambiance était conviviale et engagée. On retrouvait d’ailleurs parmi les associations présentes la plateforme DIBAB, organisatrice en février dernier d’une votation à Soudan portant sur la réunification de la Bretagne. Le nom du festival, « BREIZH CALLING », témoigne clairement de cette volonté des organisateurs d’ancrer l’événement dans la Bretagne à cinq départements.

La programmation, éclectique et de qualité, avait d’ailleurs pour dénominateur commun de mêler les sonorités et les langues bretonnes à la musique actuelle, passant de l’électro-performance des castelbriantais de DJ Galette, au punk déjanté des ramoneurs de menhirs, sans aucun problème. Entre le chanteur à l’humour grinçant, Cyril Le Troll, et le Hip Hop/Fest noz de Beat Bouet Trio, c’était la compagnie Charivari qui nous offrait un spectacle d’acrobate perché à la robuste charpente de la salle des vieux fourneaux.

Après cette première réussite, nombreux étaient ceux à quitter les lieux en espérant une autre édition. Les organisateurs préfèrent pour l’instant y répondre par « Perak ‘ket ! »**

*(plus de 400 entrées)
** « pourquoi pas » en breton.

Vues extraites du reportage de Pulceo

Beat Bouet Trio

Beat Bouet Trio

DJ Galette

DJ Galette

Cie Charivari

Cie Charivari

Les ramoneurs de Menhirs

Les ramoneurs de Menhirs

An davarn

An davarn


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 175 autres abonnés