(INAO) Le long démantèlement territorial de la Bretagne continue

15/01/2014

Le collectif 44=Breizh dénonce le restructuration de L’Institut National de l’Origine et de la qualité (INAO) qui intervient en ce début d’année 2014. Jusqu’au 1er Janvier 2014 le département de Loire-Atlantique était encore rattaché à la Bretagne administrative. Le site nantais de l’INAO, établissement public de l’État qui encadre les productions agricoles protégées comme muscadet ou le sel de Guérande (ainsi que les produits vendéens), devrait être remplacé par une simple antenne, passant de neuf agents, à un seul !
La Loire-Atlantique dépendra maintenant d’un pôle regroupant Pays de la Loire, Centre et Poitou-Charentes. En effet, la direction souhaite faire passer le nombre de site de 25 à 18. Les agents nantais s’insurgent de cette décision, tout comme les syndicats d’appellation et la chambre d’agriculture, qui dénoncent un «manque de concertation» et un «monologue de la part de direction de l’Institut». Alors que nombre de producteurs de Loire-Atlantique s’emploient à faire reconnaitre l’image de marque bretonne à leurs produits, 44=Breizh dénonce une nouvelle fois ce procédé conduit sans concertation qui vise petit à petit à couper la Loire-Atlantique des liens qui l’unissent au reste du territoire breton.
Alors que le président Hollande vient d’annoncer sa volonté de diminuer le nombre de régions administratives en regroupant certaines d’entre elles, nous rappelons que la question de la réunification n’a pas à être écartée du débat démocratique.

Ci-dessous une série d’affiches détournées
réalisée par 44=Breizh en 2011 :
https://44breizh.com/2011/04/13/44-breizh-detourne-affiches-nantes-metropole/

nantes_metropole_bretagne_muscadet_breton_piconnantes_metropole_bretagne_galettes_st-michel

Publicités

« Vive le Val de Loire » !

19/01/2012

Le 16 janvier, le groupement d’intérêt privés en faveur du développement touristique Atout France (anciennement Maison de France), l’Etat, la région Centre et la région Pays de la Loire signait un accord à Tours, en vue de la création d’une marque Val de Loire allant de Saint-Nazaire à Sully dans le Loiret.

Cet accord comprend la création d’une marque et d’un site internet, d’un graphisme particulier, de campagnes de communication auxquels s’engagent la région Pays de la Loire à hauteur de 100 000 euro. Au delà de son aspect communicationnel, cette initiative marque un prolongement des coopérations réalisées entre les deux régions. En terme touristique et culturel, mais aussi du point de vue de la mobilité entre les deux régions et de leur développement économique mutuel. Au sein de leurs diverses coopération la Loire s’inscrit comme le dénominateur commun des deux régions comme le montre leur travail de coopération [document PDF]. D’ailleurs les deux régions financent presque en totalité le syndicat mixte Val de Loire Patrimoine Mondial depuis 2007 et dont le rôle essentiel est «de faire vivre le label accordé par l’UNESCO sur la Loire » en consacrant «ses moyens en priorité à l’appropriation des valeurs de l’inscription par les populations ligériennes. Les habitants du Val de Loire doivent mieux connaître la richesse de leur cadre de vie et s’approprier les valeurs attachées au classement UNESCO ». Nous rappelons aussi qu’un pôle métropolitain s’est créé autour de villes de la région Centre et des Pays de la Loire (avec Orléans, Tours, Le Mans, Alençon, Laval, Blois, Chinon… auxquelles pourrait aisément s’associer Angers).

On le voit bien, la région Pays de Loire cherche à fabriquer un symbole d’une identité régional commune autour de la Loire. Malgré le fait que celui-ci ne traverse que deux des cinq départements de la région, elle a choisi le terme de «ligérien» pour désigner les habitants de sa région. Nom qui désigne jusqu’à présent dans les dictionnaires, les habitants du département de la Loire, et un adjectif désignant ce qui se rapporte à l’ensemble du bassin versant de la Loire.

Or, la Loire-Atlantique ne fait pas partie de cette dénomination Val de Loire. C’est ce que rappelait l’UNESCO à Bretagne Réunie, en juillet 2009, alors que cette dernière s’était plaint de voir qualifier le Château des Ducs de Bretagne comme «château de la Loire» [document PDF]. En 2011 l’UNESCO demandait à ce que ne soit pas utilisé son logo dans un site touristique dédié aux château de la Loire et intégrant le Château des Ducs à Nantes. Sité déjà financé et géré par … les région Centre et Pays de la Loire et le groupement Atout France (http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=22051).

Outre l’aspect marchandisation des territoires (nous rappelons qu’il existe déjà une marque Bretagne®), la création de cette nouvelle marque provoque deux réactions :

– D’une part, nous dénonçons la volonté répétée des Pays de la Loire se soustraire le pays nantais de son encrage dans le territoire breton afin d’imposer la partition administrative de le Bretagne.

– D’autre part, nous ne comprenons pas l’entêtement de Jacques Auxiette à avancer l’hypothétique création d’un Grand Ouest face à la réunification de la Bretagne, quand des éléments objectifs témoignent d’une véritable dynamique régionale autour des territoires composant le Val de Loire du Maine et Loire au Loiret.

M. Auxiette doit reconnaître l’intérêt d’une région Val de Loire composée des départements orientaux de son administration et du Centre. Il doit reconnaître l’intérêt d’une région Vendée-Poitou-Charentes. Et surtout il doit entendre l’exigence démocratique qu’il y a laisser la population de l’ensemble de la Bretagne décider de son cadre et de ses limites administratives.